Georges

Georges

dimanche 24 juin 2018

retrait(e)

Pouce au repos. À la recherche d'une nouvelle optimisation du temps de cerveau disponible.
Je prends congés.
J'écris comme un porc. C'est pas sympa pour les porcs. 
Dans le cadre de ma thérapie on m'a conseillé de lâcher un peu l'action de dire pour essayer de "faire". Par exemple, halluciner devant les tomates qui se gorgent de flotte au jardin, des trucs verts informes qui seront bientôt opérationnels pour rencontrer de l'huile d'olive et de la mozza. Expérimenter une forme d'ennui que j'avais oubliée. 
Parfois, il n'y a rien, juste des heures creuses, pourquoi lutter. 
J'ai pris le pli de passer d'un sentiment à l'autre sans jamais m'attacher à essayer de comprendre ce qu'on trouve entre les deux. C'est l'idée que je me fais de l'intensité. 
Toujours obsédée à combler par du bruit d'une qualité aléatoire le silence des interstices.
Sur le bras gauche, tatouage puéril qui donne à lire : Never Ending Noise. Quand t'as dit ça t'as tout dit. T'en as même déjà trop dit. 
Il n'y a rien à dire, et c'est sur ce rien que je travaille. C'est ce rien là que je veux comprendre. Comme on essaie de comprendre l'air qu'on respire. Les trucs à la con auxquels on fait plus gaffe. 
J'ai des courbatures après m'être excitée sur des mauvaises herbes. Des coups de soleil agricoles.
Je me programme de belles rides. Je creuse mes traits. Je préfère faire ça qu'essayer d'aplanir un cerveau froissé comme on le fait avec une carte routière pour chercher son chemin. 
Je sais pas lire une carte, je dois compter sur mon instinct mais je comprends plus sa langue. 
Parfois, il vaut mieux jouer aux cons que se chercher des noises.
Never ending noises. Fatiguée d'essayer de réhabiliter la merde en matière noble. 
Je préfère laisser tomber. Elle trouvera le chemin toute seule comme une grande quand ce sera le moment. 
Je préfère essayer d'écouter les interstices au stéthoscope. Le chant des baleines et tout un tas de conneries qui se fracassent contre le vide. 
Je regarde pousser des trucs, je regarde pousser mes cheveux. Je passe de la scène au strapontin. J'ai perdu le sens de la dramaturgie mais lui aussi, il oublie pas mon adresse et reviendra bien assez tôt. T'inquiète.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire