Georges

Georges

mardi 15 mai 2018

notes 17/18 Vol.1

Je relis des vieux carnets pour en extraire quelque chose. J'y trouve des études comparatives sur le prix des dosettes de café Malongo dans les différentes supérettes de mon quartier (on trouve les moins cheres au simply Jean Jaurès). 
Des commentaires à charge sur la taille de mon cul
Des astuces pour affiner mon art de la cuisson des nouilles
Les apports et limites des viennoiseries dans la gestion de la détresse matinale
(à corréler directement avec mes considérations pondérales
Une capacité à me faire des films dans lesquels je tiens tous les rôles. 
Registres allant de la comédie dramatique au drame latin avec dos de la main sur le front et sentences définitives, type : qu'est ce que j'ai fait au bon dieu. 
Inspiration Almodovar, mascara mouillé
Thématique de prédilection : aller trop loin ou non
Analyse des effets de l'air frais sur le moral
Des pages d'auto persuasion : dois je boire un café bailey's ou reprendre un quart de lexo
Triple récits de mes sevrages successifs anxyolotiques / cannabis / alcool
Ce dernier est le moins réussi des trois
Attention exagérée portée au relationnel avec les chattes, type : P ne m'a pas calculée de la journée / C est en crise d'amour, elle ne m'a lâchée d'une semelle 
Attitude terriblement volontaire face à la vie en général et la dépression en particulier
Des phrases hors de propos souvent en lien avec des envies impérieuses, type : j'ai super envie d'une barbe à papa (!?)
Le constat violent de mon échec à écrire de la fiction, l'acceptation de ma vocation autofictive
Tant pis 
Des constats sans appel : " déjà Noël, bon..."
Des espaces de libre expression, type : "17/02/2018 / je suis dans le train" (suivi d'une page blanche)
Récurrence de l'aveu : je ne sais pas ce qui m'a pris


[à suivre]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire