Georges

Georges

samedi 1 juillet 2017

H comme... II

**** Je veux qu'on me raconte des trucs cools, élémentaires, que les fleurs poussent et que les oiseaux chantent, que le feu brûle comme l'eau mouille. Je veux des SMS qui suintent la tendresse et qui calme et le spleen, et le seum coulant qui me monte aux yeux. Je veux pas de nouvelles du monde malade. Je veux de la débilité, du disney, du disniais, du rond, du doux...
 La banquise ne fond plus. Daesh se rend. La mort est annulée partout et les cons sont trépanés. Un budget d'un million d'euros est alloué à chacun. Macron n'est pas président. Le Rhin c'est de la bière, les problèmes sont des frites et de la pizza. Le cholestérol est un mythe. On se sert des réveils matins comme combustible et non comme instruments de torture. Je veux le beurre et l'argent du beurre sans le cul de la crémière. Je veux rien rendre à césar. Qu'il aille bien se niquer. 

****
moi : Excusez moi? 
l'infirmier souriant : C'est fait !

****La dame qui pleure tous les matins a une collection de tee shirt hallucinante ; des chiots, des chatons, des chevaux, des oiseaux. Ce matin, après avoir pleuré, elle a expliqué à sa copine de galère qu'elle aimerait en trouver un avec des dauphins pour les toucher et avoir l'impression de nager avec eux. Le tout entre les sanglots. 

****La gosse est en puzzle, disloquée. On dirait qu'on l'a laissée là, entre le crépuscule et la nuit noire, mais pas quand c'est beau, quand c'est rouge et que tu as la tronche orangée. Non. Juste quand ça ressemble aux ténèbres et que t'as juste envie de pleurer ta mère. Elle est en ruine et se cherche sous les décombres de sa propre vie. Sur ses bras les cicatrices irisées, boursouflées, laissent entrevoir l'angoisse qui la creuse. Elle est maigre comme un clou. Nerveuse, la jambe qui bouge sans arrêt, elle me demande une clope, je vois vraiment pas comment je pourrais lui dire non. 

**** Un mère appelle : Loan, Loan. Personne... quand le gamin réapparaît, elle est en larmes. Elle le saisit brusquement par le bras, il doit avoir 6 ans, elle se baisse à sa hauteur et lui balance : J'en ai marre d'avoir peur de te perdre. 
je peux pas m'empêcher de me dire : t'as pas fini ma vieille.... 

**** Quand on a aucun effort à faire pour donner le change, on s'aperçoit combien c'est héroïque de faire semblant d'aller bien. On en chie des ronds de chapeaux et on n'est jamais nommés pour le césar du meilleur espoir. De la comédie sans récompense, à part celle, un jour, de se poser assez longtemps pour le reconnaître : nous sommes des héros chacun dans notre genre. 

****Le 27 juin, j'apprends que je vais rester 15 jours ici. Ça va être long. Long comme un jour sans pain. A manger de la merde et à boire des café rallongé à la pisse d’âne, à retenir des fous rire parce que tout est tellement débile. 

**** Un dépressif porte un tee shirt : Weakness is not an option. Il meurt de bave et moi de tendresse. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire