Georges

Georges

mardi 19 janvier 2016

Dead by Death

J'imagine qu'on se dira plus tard: Tu te souviens de cet hiver 2016, des célébrités mouraient à la chaine...
On attendait chaque jour des nouvelles de la mort en serrant les fesses. 
Je priais pour Patti Smith, Debbie Harry, Joan Jett et Joni Mitchell. 
La mort paraissait être une femme bourrée jusqu'aux yeux qui garde sa faulx sur le dancefloor. Je la vois tournoyer dans une cape sombre de mangemort, s'enjailler sur nos gueules de flippés en faisant des trucs de majorette avec son matos tout bien aiguisé. 
On attend, on n'a rien d'autre à faire. 
On gère les stocks de larmes et de bons sentiments. 
On la regarde jouer avec nos nerfs comme un chat joue avec le cadavre encore tiède d'une souris. 


4 commentaires: