Georges

Georges

samedi 16 novembre 2013

Not Sorry

 

_On te connait comme la fille qui roule des fleurs entre des feuilles OCB, pas celle qui roule des mécaniques.

_La fille qui se regarde partir un peu, lasse de marcher sur des câbles en moon boots sans permis de funambuler, dodelinant vers l'accident, le visage froissé d'inquiétudes.

_Les objets de colère demandent le soutien actif d'objets contondants.

_Il y a ces milles possibilités qui rigolent quand tu feins de les ignorer, installée dans le wagon cosy des choix confortables et sans risque.

_Rebelle de canapé, énervée relative assise sur son cul, tu théorises la colère mais tu t'en protèges.

_Princesse pataquès qui ravale ses cracks.

_Tu as peur des histoires. 

Voilà des mois que tu n'as pas rêvé de quoi que ce soit. Que tu chasses toutes les illusions pour rester vissée dans le concret. 

Tu n'as plus ouvert un livre, ou alors, il t'est tombé des mains très vite. Symptôme de ton appréhension paralysante : tu es empêtrée de réticences quant à la possibilité d'être totalement emportée par quelque chose. 

Dans le tram, tu vois des amoureux qui se parlent avec des voix si peu timbrées qui en disent long sur l'amour qui leur brûle la viande. Ils se respirent dans un enchevêtrement de tendresse et de candeur mais tu es arrachée à tes rêveries empathiques par une clairvoyance démesurément pessimiste.

Tu vois l'accident qui attend, tapi sournoisement derrière les "toujours", les promesses, la romance sans fin.

Pendant quelques minutes, tu es malade de honte, tu n'oses plus les regarder avec ta gueule de mauvais présage. 


_Il faudrait jeter définitivement le juke box bègue qui balance les sempiternelles litanies dramatiques et navrées. 

_ Il faudrait laisser à la chance et à la magie l'occasion de couvrir enfin le bruit des casseroles. 

_ Ne pas avoir peur d'être une amoureuse de plus bouleversée par le parfum d'un foulard et le timbre d'une voix. 

_ Ne pas avoir peur de la possibilité d'être à nouveau rompue. 

_ Relire des histoires, en raconter, s'en raconter, jouer à ça.

_Le plus souvent possible. 

_ La possibilité de l'accident ne peut pas se substituer à la réalité de la romance.

_ Or, tu es romantique, n'en sois pas désolée. 

_ Tes larmes ne sont pas verglaçantes, ne sois pas désolée.  

_ Tu ne peux pas nier la chamade qui s'emballe dans sa cage, ne sois pas désolée. 

_ On ne lutte pas contre une nature sentimentale et ardente, ne sois pas désolée. 

_ Tu vis dans un monde qui ne sait pas transformer les fleurs bleues en iceberg, ne sois pas désolée. 









2 commentaires:

  1. Un truc que je voulais te dire. Au rang de mes impossibilités: Bowie

    RépondreSupprimer
  2. Ok. Entendu.
    j'aime pas trop moi non plus...

    RépondreSupprimer