Georges

Georges

jeudi 22 août 2013

The month before

Tu as eu 30 ans au plein cœur de la farce dont tu étais le dindon magnifique. 
Ton train a déraillé suite à un mauvais aiguillage.
Le dindon a fait contre mauvaise fortune bon cœur, abandonnant ici et là des évidences brumeuses, l'assurance de mots infaillibles, assénés jusqu'à l'hébétude, des mots qui te laissent dans une humeur de cuite pour plusieurs mois. 

Tu as atteint le degré de maturité qui t'encourage à laisser loin de toi les nuisances parasites, les histoires qui sentent déjà le brûlé alors même que t'as pas encore sorti tes allumettes. 
T'as abandonné : 
-L'idée de faire de la prise de risque permanente ton unique ferveur. 
-L'idée d'abattre toutes les frontières de la pudeur et vivre une convalescence rimbaldienne destructrice, stérile, publique. 

Tu as rompu tes vœux stupides : d'anorexie, de folie, d'amour éternel sans divorce.

Tu as évité le pire après t'être promenée sur ses rives. Tu l'as frôlé de près, au moins désormais tu connais son odeur pestilentielle et tu sais que c'est pas ton truc, le pack angoisse : pire, drame, échec et la misère affective. 

La misère tu sais qu'on peut totalement l'inventer si on est doté de l'imagination tordue qui va avec la mauvaise foi.

Tu as senti, alors que s'effondrait dans ton ventre toutes les croyances confortables, une confiance s'ériger en toi et maintenir ta carcasse droite, ton regard haut et redoutable. 

Tu ne déambules plus comme un fantôme béat qui ne sait pas quoi hanter, comme un vampire affamé qui cherche le goût métallique de l'amour absolu dans des citrons sans jus. 

Tu as eu trente ans, cette année a été la plus éprouvante de ta vie, tu peux le dire à un mois d'avoir 31 ans. 

Tu commences depuis peu à tirer les leçons du carnage, à regarder des fleurs dopées pousser sur la terre brûlée. 


Tu veux jouir des ressources cachées dans tes cellules, rétablir les couleurs et annuler les élans mélancoliques qui assèchent et brutalisent le bonheur le plus élémentaire : ELLE.

Celui d'avoir eu trente ans, d'avoir perdu tout ce que tu pensais posséder pour l'éternité. 
D'avoir perdu le sens et le gout de l'éternité. 
D'avoir perdu l'envie de mettre en mots les banalités domestiques. 

Tu veux t'attacher à devenir meilleure là où tu as eu l'habitude de t'illustrer par ta médiocrité. 


On peut tout te reprendre, il te restera encore tout ce qui ne peut t'être pris : 

- ce qui se passe derrière une fenêtre de train 
- les brûlures de soleil, de neige, d'envie, de feu
- Un stylo chargé, prêt à tout déglinguer
- Une série d'aubes, de crépuscules, de glissement de saisons
- Des indignations et des ravissements
- Le ressac, la vague brisée
- Les rires de hasard et les rires familiers
- Les esprits qui s'échauffent, qui se frottent et se piquent
- Les souvenirs, sélectionnés, triés, recyclés, valorisés
- Et le reste...
- Et le reste...
 




12 commentaires:

  1. Bonjour; je m'appelle Kelly, j'ai 13 ans, et je me reconnai trop dans ton skyblog. Kiss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Viens chez moi, j'ai des pet shop.

      Supprimer
    2. Étrange, je ne peux poster de commentaire qu'en réponse à un autre.

      Il y a toujours une jolie façon d'écrire. Et ce que tu regardes quand tu regardes dehors (ce qui passe derrière une fenêtre de train).

      Mais devenir meilleure ? après avoir été médiocre ? Et qui décerne les bons points ?

      Le plaisir.

      Supprimer
    3. Oui, on peut chercher à s'améliorer, non?
      Donc, devenir meilleure, je me le décerne ce bon point, mais tu peux penser que c'est pas mérité.
      En tout cas, je ne juge pas de la médiocrité des autres, je sais pas si t'as vu, mais ici, c'est mon nombril first.
      Merci pour ton commentaire.
      Quant au pb technique, je ne sais quoi te dire.
      A bientôt

      Supprimer
  2. Skyblog ! So cute... Sinon je viens de passer 31... En fait 31 c'est après 27.

    RépondreSupprimer
  3. Georges, les "nuisances parasites"... c'est (c'était) exactement ça.
    Je suis sure que tout est plus léger maintenant. Pas plus facile, mais plus léger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La légèreté, c'est déjà pas mal ;)

      Supprimer
  4. ....et puis viendra le temps où tout ce qui dérange... ennuie.

    RépondreSupprimer
  5. love you too times
    http://www.youtube.com/watch?v=Em5WDEXJ_pY

    RépondreSupprimer
  6. Bon, je viens de decouvrir ton blog, j'ai deja mis un commentaire à ton texte le plus recent, mais en voici un plus general : bravo !
    Si je dois chercher la petite bete, je te trouve parfois un peu sentimentale et "girly" pour une fille qui s'appelle Georges ;-), donc parfois des aspects de simple "blog d'humeur haut de gamme", mais cette petite critique est là juste pour que tu acceptes à sa juste valeur cet authentique compliment : ca faisait longtemps que je n'avais pas lu des choses de cette qualité sur le net !
    Je ne suis d'ordinaire pas un fan d'auto-analyse ni des "petits plaisirs de la vie" genre nourritures terrestres qui sont devenues des banalites, mais tu as des fulgurances subtiles et justes qui font selon moi basculer le texte dans le domaine de la litterature, donc de l'universel.
    J'espere que ce commentaire ne te paraitra pas pretentieux, j'ai envie d'aller plus loin que le simple "bravo" avec un auteur que j'apprecie !

    RépondreSupprimer