Georges

Georges

lundi 25 février 2013

About a girl


Les craquements étouffés provoqués par mes pas, écrasant la fine couche de neige et le givre rappellent toujours à moi les mêmes souvenirs de bus qui ne passent pas, de village endormi et de paysages magnifiés.



A la gare, je vois Leslie que je connais au travers de quelques tweets échangés et une photo de profil. Elle, elle connait de moi ce que je dis ici et là. 

J'ai dans un premier temps envie de l'interpeller mais le film que je me fais est ridicule.
Hey, salut Leslie, c'est Georges...



Ridicule mais tentant, bras de fer entre deux envies antithétiques : me faire connaitre VERSUS me faire petite.

Le temps m'a appris qu'il était préférable de ne pas interférer dans les projections de chacun, s'ils veulent une Georges destroy, marrante, déguisée en corbeau avec une chouette sur l'épaule, un rire de hyène ou un cul d'autruche, les cheveux bleu… Whatever...


Il faut les laisser, ça fait partie de ce jeu....

(Ne pas déchirer les belles images inspirées par l'anonymat)

(Ne pas déchirer mon brouillon d'Ego en revendiquant sur un quai de gare une identité virtuelle qui n'efface pas l'insignifiance et peut inviter au malaise).




Le chemin de fer de mon journal du jour invite à des pensées virginales, des routes que personne encore n'a eu le temps de souiller de ses pas, de ses roues...

Les uns après les autres, des tunnels avalent des passagers vaseux perdus dans la musique secrète qu'ils ont choisis pour réveiller un à un leurs sens engourdis. Mes oreilles claquent, directement reliées à mon regard qui se fronce.
Le squelette des arbres provoque une inquiétude pour la pudeur des oiseaux les plus hardis qui chercheraient une planque sure. C'est mort les mecs.

Un clocher me récite un poème de rimbaud dans le désordre, les mots m'arrivent comme des numéros des lotos mais sans la peur de devenir riche.
[On pourrait là faire une digression sur la richesse matérielle/ immatérielle... Les élucubrations sans fin qui finissent en conneries poetico-merdiques]


Je préfère le ravissement con de partager ce voyage avec Leslie.

Tu vois, ces vallées sont celles où je projette des délires futiles, inoffensifs, pour occuper mon cerveau et le reposer de ses tourments tout aussi futiles que je me plais à vivre comme une grande tragédienne.

Je te présente l'ecran de fumée, mon arbre préféré, le calme des chemins blancs, le château sans princesse qui attend qu'on la sorte de son ennui, pendant que les heures passent, éternelles, au rythme de ses tresses qui poussent, les lambeaux de tissus accrochés aux fils barbelés, les contes et les légendes de mon désoeuvrement ferroviaire...

C'est plus tangible encore qu'une voix, un regard et le sourire qui va avec.
 
Au moins peux tu mettre un voyage sur mon prénom, et moi un bon souvenir sur le tien.
 
Aujourd'hui, le blog a deux ans. J'ai choisi de parler d'une rencontre qui n'a pas eu lieu, mais j'aurai pu aussi parler de toutes celles qui continuent de me surprendre positivement.
Les pseudos devenus visages m'émeuvent.
 
A chaque fois que je vous reconnais sans que vous le sachiez, je suis toujours là, à vous trouver beaux, à aimer ce que me racontent vos silhouettes et vos yeux.
 
L.O.V.E YOU ALL.
 
Georges




16 commentaires:

  1. happy Blogday Georges ! au plaisir de souffler d'autres bougies ici ou là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Carole, d'autres bougies, il y en aura. C'est certain.

      Supprimer
  2. Happy Day, Happy Georges !

    Et, sache que, si un jour tu me reconnaissais, quelque part ou ailleurs, j'aimerais bien que tu te manifestes. Je me fiche bien que tu aies des ailes de corbeau, ou non.
    Allez, guapa, suerte y pasatelo bien, este cumpleano feliz.
    Isabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ok, ok, je te ferais un coucou... On parle d'un truc si improbable il me semble...

      Supprimer
  3. Ben c'est malin, maintenant je vais dévisager toutes les filles que je vois passer avec une chouette sur l'épaule !

    Ce commentaire est inepte (mais guilleret) et ton post est beau. Never mind.

    Bon anniversaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime beaucoup ce commentaire! j'aime les inepties guillerettes. merci

      Supprimer
  4. Super choix de titre d'article, de chanson à la fin (en plus je les ai vus mercredi dernier au zénith de la villette !!), et que dire du texte ?! Je suis souvent émue en lisant tes articles, mais alors là vraiment vraiment je sais plus quoi dire ! (parce qu'en plus je suis flattée, si si)
    J'aurais adoré te parler, je me serais moins ennuyée et ça aurait été super intéressant car de ce que je sais de ton identité virtuelle, je suis sûre que tu as une très belle identité réelle.
    (Punaise et de voir mon identité à moi dans un texte...je sais pas, ça me fait me sentir exister vraiment, et être un personnage de ton monde en même temps ! C'est super !)
    Joyeux Anniversaire ! A une prochaine sur un quai de gare ou par ici, ou ailleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. héhé, oui, je savais que le titre t'évoquerait une conversation twittesque...
      ton enthousiasme fait plaisir à lire, j'étais un peu mitigée à me demander si tout ça ne te mettrait pas mal à l'aise.
      Au plaisir. Cette fois, je te ferais un coucou.

      Supprimer
  5. C'est pas original mais bon anniversaire. Et moi, si je te rencontrais, je suis sûr que je ne serais pas déçu, ni surpris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Calyste, c'est même possible que tu me reconnaisses sans me connâitre non?
      En tout cas, c'est le genre de connerie que j'aime penser.
      Bises.

      Supprimer
  6. « Ce qu’il y a devant nous et ce que nous laissons derrière, ceci est peu de chose comparativement à ce qui est en nous. Et lorsque nous amenons dans le monde ce qui dormait en nous, des miracles se produisent. »
    de Henry David Thoreau

    http://youtu.be/oKB2ZfmL-Ts

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu sais que tu fais mouche avec cet auteur :)
      Merci pour la course et tout le reste...

      Supprimer
  7. Comment je pourrais me la péter grave à dire fièrement que je connais ton identité de la vraie vie... Mais ne mélangeons pas tout...
    Le fait de connaitre "ta vraie personne" n'interfère en rien mon envie de lire Georges... J'ai déjà mélangé les deux personnes ici, je ne le referai plus...

    Je m'adresse donc bien à Toi, Georges, pour te (re)dire que ta plume me plait, me fait rire ou sourire parfois... tu es la seule personne dont je lis le blog... t'as l'exclu poulette... même si ça ne vaut pas grandchose...

    Leslie, j'imagine ton émotion.... ce texte est beau...

    une fois n'est pas coutume, voici un lien vers une vidéo que tu avais posté, il me semble, et qui pourrait être un clin d’œil...

    http://youtu.be/JwNikCItFI8

    la bise poulette...

    G.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Oui, j'aime beaucoup ce morceau et je comprends pourquoi tu le postes, fait rare ici!
      A bientôt dans la vraie vie, avec de la vraie bière, et des filles en terrasse, et tout le reste ! Bises

      Supprimer
  8. Bon anniversaire à ton blog, chère Georges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Christophe, pour ton message, ta fidélité et ton affection.

      Supprimer