Georges

Georges

samedi 15 décembre 2012

Stop your Bullshit, you, grown up

A ce moment précis de l'année civile s'imposent des bilans de toutes sortes. 
Je n'aime pas trop ce mot qui m'évoque surtout une comptabilité scrupuleuse, des colonnes d'actifs, de passifs, de fonds immobiles...
Je ne l'aime pas trop, bien qu'il n'y en ait pas d'autre.
Nous sommes ici, là où l'on observe les additions et les soustractions, où l'on détermine des coefficients multiplicateurs applicables à des données complexes qu'il s'agit de vulgariser à l'extrême. 

Je regarde très loin devant, très loin après, parce que c'est aussi le moment de se conditionner pour l'année qui vient, pour qu'elle flamboie, qu'elle annule les résultats dégueulasses de 2012. 

Juste après "bilan" vient le temps des résolutions. Souvent, je remarque que ça consiste surtout à un renoncement. Arrêter de fumer, arrêter de boire, arrêter de baiser... 
Arrêter d'être con, non?

Entre décembre et janvier, on se pourrit la vie et la santé sous une belle volée de cotillons. 

Je ne vais pas endosser le rôle de l'habituelle connasse qui n'aime pas noël et qui se met la pression pendant des mois pour deux repas plus gras que d'habitude et des cadeaux.
A ces gens qui n'aiment pas Noël, j'ai envie de dire : restez chez vous. 

L'an dernier, je n'avais aucune envie de noël, parce qu'encore une fois, il était question que mon amie et moi ne passions pas les fêtes ensemble. 
ça n'avait pour moi aucun sens de passer systématiquement chaque fêtes de famille sans la famille que je me suis choisie.
Au lieu d'aller tirer la gueule je ne sais où et de passer un moment mêlé d'amertume,de frustration et de champagne, je suis restée chez moi, seule et c'était très agréable. 

J'ai marché dans les rues la nuit du 24, elles étaient désertes et ne brillaient que pour moi.Je n'étais pas une laissée pour compte, non, j'étais juste, pendant quelques heures, aux commandes de ma solitude choisie et les rues m'offraient une nudité inédite après des semaines entières de frénésie.

Voir des adultes se mettre la misère des semaines avant sur l'air de "je ne veux pas y aller" ça m'épuise finalement bien plus que tout le reste : les bougies, les cadeaux, l'hystérie...
Un conseil émancipateur : Si tu n'aimes pas noël, reste chez toi et ne gâche pas la fête. Au lieu d'être le relou de ta famille, deviens celui qui va au bout de ses convictions, c'est un beau cadeau à te faire. 

Et dans les résolutions que tu prendras, je te suggère d'ajouter celle ci : FAIRE SIMPLE.

12 commentaires:

  1. D'accord avec toi. Le 24, je vais sans doute le passer tranquillement chez moi et, par pure lâcheté, pour m'éviter l'inutile prescription d'antidépresseurs, je prétendrai le lendemain, au repas de famille, m'être follement amusé la veille, là où un bon bouquin, une bonne série, un bon film - que sais-je encore - auront suffi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La lâcheté dans ce cas ressemble plutôt à du confort. Je penserai à toi et à -que sais-je encore- de suffisant.

      Supprimer
  2. Criant de vérités, ne pas aimer Noël c'est aussi ne pas aimer tous les souvenirs qui vont avec. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai de très bons souvenirs de noël, mais des dégueulasses aussi. Le tout est de se rendre la vie moins pénible. Noël, ce n'est qu'une fête et pour les personnes qui aiment, j'imagine que les rabat-joies, c'est encore plus indigeste que le fois gras.

      Supprimer
  3. Même programme pour moi, parents divorcés, je mens à l'un en prétendant aller chez l'autre et inversement, alors qu'en vérité je n'irai nulle part, je boufferai des crevettes et du saumon chez moi devant « Maman j'ai raté l'avion », personne ne me fera chier, de toute façon faut arrêter de se leurrer, y a plus d'esprit de Noël, plus de famille unie et toutes ces conneries qui étaient encore valables en 89.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Noël, c'est bien quand il y a des enfants, je trouve que ça donne une dimension plus belle. passe de bonnes fêtes, à ta façon (sans aucun doute la meilleure pour toi :)

      Supprimer
  4. Je ne crois pas plus aux bilans qu'aux bonnes résolutions mais " faire simple" me semble un bon compromis en effet. Quant à Noël, moi j'aime tout simplement, parce que ça scintille, c'est sucré, gentiment fatigant, papier froissé, table encombrée, j'aime quoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te souhaite de bonnes fêtes alors ;)

      Supprimer
  5. "aux commandes de ma solitude" : nice.

    Hare Krishna et joyeuses fêtes à toutes et à tous
    A

    RépondreSupprimer
  6. La dépouille du nouveau né dans son plus simple appareil

    RépondreSupprimer
  7. Un bise, ma Georges, pour ce premier jour de l'an.

    RépondreSupprimer