Georges

Georges

jeudi 11 octobre 2012

Pas de justice, pas de paix

"Nina et Stéphanie, a expliqué un des accusés à la cour d'assises, étaient «les plus grosses putes de Fontenay".

***

Malheureusement, les faits qui datent de 1999 n’ont été révélés qu’à la fin de l’année 2005. Six années se sont déroulées entre les faits et le début de l’instruction. Les souvenirs se sont brouillés et la spontanéité n’est plus la même. La tardiveté de la dénonciation a forcément eu des conséquences sur l’instruction. Mais encore une fois, je ne vois pas où est le désastre et le fiasco.

Nathalie Becache - Procureur de la république 11/10/12  ICI



"Je suis furieuse contre une société qui m'a éduquée sans jamais m'apprendre à blesser un homme s'il m'écarte les cuisses de force, alors que cette même société m'a inculqué l'idée que c'était un crime dont je ne devais jamais me remettre. "


"C’est étonnant qu’en 2006, alors que tant de monde se promène avec de minuscules ordinateurs cellulaires en poche, appareils photos, téléphones, répertoires, musique, il n’existe pas le moindre objet qu’on puisse se glisser dans la chatte quand on sort faire un tour et qui déchiquetterait la queue du premier connard qui s’y glisse."

"Post-viol, la seule attitude tolérée consiste à retourner la violence contre soi. Prendre vingt kilos, par exemple. Sortir du marché sexuel puisqu'on a été abîmée, se soustraire de soi-même au désir. En France, on ne tue pas les femmes à qui s'est arrivé, mais on attend d'elles qu'elles aient la décence de se signaler en tant que marchandise endommagée, pollué."

"Car il faut être traumatisée d’un viol. Il y a une série de marques visibles qu’il faut respecter : peur des hommes, de la nuit, de l’autonomie, dégoût du sexe et autres joyeusetés. On te le répète sur tous les tons : c’est grave, c’est un crime. [...] Mais le conseil le plus raisonnable, reste, « garde ça pour toi ». [...] Crève, salope, comme on dit. »

Virginie Despentes - King Kong Théorie




« Osez être monstrueuses. Le monstre est féminin, fou, dangereux, héroïque et criminel dans la même terrifiante chair. Souvenez-vous, l’organe central chez la femme qui nous rend différentes, fortes et fait de nous des artistes n’est pas l’utérus mais le cerveau. Vous pouvez plus. Ne vous résolvez pas à être ce qu'ils vous croient être. Trouvez ce que vous pouvez être, et écrivez-le. »

Bertha Harris - Lover

3 commentaires:

  1. ça fout la rage de lire ça... et quelques larmes...

    RépondreSupprimer
  2. Et les libellules se mangent entre elles

    RépondreSupprimer
  3. Au Vietnam pendant la guerre les femmes prenait des pots en verre, genre pot de yaourt puis elles y collaient des lames de rasoirs et se l'introduisaient dans leurs vagins. Je vous laisse imaginer les soldats Américains, les plus indélicats s'en souviennent encore.
    Moi même je suis navré, dégouté, enragé, ...
    Ce monde n'est pas le mien.
    Des bibis -Eus

    RépondreSupprimer