Georges

Georges

jeudi 31 mai 2012

My generation

Regard abruti par des illusions qui défilent, cintre anorexique déguisé en fantasme. 
J'ai l'air dubitatif d'Anna Wintour à la fashion week. 
Mouais, bof. Next. 
La paix se dérobe. je la retiens avec les dents, que j'ai fortes, acérées. 
Les muscles de ma mâchoire sont ma fierté.
Des filles me demandent en anglais le chemin du McDo. 
Je leur réponds un truc en chewing-gum qui semble leur faire plaisir. 
Pendant une minute, je me demande si les Mcdo sont partout devenus vert et jaune ou s'ils restent rouges dans le pays de ces jeunes filles. 
Je me demande si je n'ai pas été trop approximative. 
Simplement leur dire : c'est là bas, tu sais, où ça pue le beignet et la mort.
Faire simple. 
Après la croix verte qui veut dire pharmacie. 
Ne pas parler de Caducée à des filles en chien de Mc Flurry.
Ne pas parler de poésie en écrasant des fleurs sauvages 
Sur les murs, j'écris des slogans définitifs et abrupts
Je les écris en passant, un regard, je les grave, je me barre. 
Surjouez la foi et vous la perdrez!
Acheter la paix ne la garantit pas...
Je duplique mes idées prémâchées
Génération régurgitation
J'ai entendu la petite de l'étage inférieur expliquer à son père : nous c'est pas comme vous, on ne va pas dans un magasin demander s'ils ont besoin d'une vendeuse. 
Nous, c'est pas comme vous. 
On trie nos déchets, on vit le chômage, le sida et la culpabilité
C'est vrai quoi
Nous, c'est pas comme vous... 
Et sa bouche métallisée qui bredouille des trucs pour se défendre et essayer d'expliquer...
Et son père, ce con, va au casino, en bas, il cherche peut-être quelqu'un. 
oui, mais nous c'est pas comme vous
Et lui, papa sur le tard, qui plane sur le marché du travail parce que sans doute qu'il n' a pas de diplôme et une bonne place et qu'il s'est fait tout seul et que c'est le truc chez lui qui le fait vraiment bander
Et la belle-mère qui en rajoute une couche, qui fait sa sympa, à l'écoute...
La petite et sa voix brisée par des sanglots retenus
Mais nous, c'est pas comme vous. 
On se fait pas tout seul
Vous êtes les pollueurs et nous sommes les payeurs
Nous, c'est pas comme vous
On écoute Bob Dylan et Patti Smith, mais c'est tout 
La génération régurgitation à qui on refile un amour de coccinelle à la téloche
La génération du nivellement par le bas
La génération qui ne sait plus écrire et qui parle en anglais et qui cherche le mcDo dès qu'elle arrive dans une ville et qui se traine les mêmes meubles Ikea que tout le monde.
La mondialisation ne s'est pas faite seule...Vous l'avez un peu aidée, non? 
Vous avez un peu aidé les petits français a devenir des américains? Avouez? 
Ou alors c'était pendant que vous étiez en train de divorcer 50 fois et de découvrir votre cul... 

Au lieu de constater la faillite intellectuelle de cette jeunesse qui vote FN et qui s'écrit des textos bourrés de fautes... Qui avance avec son avenir flou.
Il serait raisonnable de prendre la mesure de votre implication.
Vous avez enfanté la génération régurgitation au cerveau lavé par trop de télé mais acheter la paix ne la garantit pas, non.
Il faudrait que tout ça tremble une bonne fois, parce qu'acheter la paix, ne la garantit pas.
Prends ça pour une éruption d'acné verbale, 
Prends ça comme tu veux, 

Mais nous, c'est franchement pas comme vous...











13 commentaires:

  1. Encore un texte qui fait de l'effet, encore un bon coup de gueule mérité.
    Malheureusement bonne description de la génération pour qui les livres de supermarché est de la grande littérature, pour qui Thomas Dutronc ou Sexion d'assaut c'est de la revendication, pour qui la politique est un truc de vieux, pour qui ARTE est la chaine des intellos coincés et j'en passe.
    Génération prêt-à-penser. Ma génération. Bien loin, trop, de celle de Ginsberg.

    Et "La jeunesse emmerde le front national!".

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lutté pourtant, mais avec les enfants des autres. Pas avec les miens: je n'en ai pas. De quoi je me plains?

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme: Il y a un noyau de résistance au prêt-à-penser, je le pense vraiment. Et c'est tant mieux.
    We need a New Beat G.!

    Calyste : Je suis certaine que tu as lutté, et de toutes tes forces. Aucun doute à ce sujet.
    je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  4. Yes au noyau de résistance,j'y crois. La preuve en est des gens autour de moi.

    A New Beat G... A New Generation tout court! Mais bientôt je pense. C'est dans les périodes de vide et d'asphixie que des choses se créent.

    Continue la résistance par tes textes! J'aime.

    RépondreSupprimer
  5. Tiens, prends çadans ta gueule…
    C'est pris.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. il y a déjà des incompréhensions entre les générations.
    Ce texte ne dit pas que la jeunesse d'aujourd'hui est merdique, loin de moi cette idée. Une partie de cette jeunesse existe en consommant et se sent vivre quand elle reçoit un Iphone à noël et des Nike et du fun et de la télé réalité...
    Dire le contraire c'est vraiment de la démagogie.
    Ce texte est un coup de gueule pas un manifeste de la jeunesse. C'est un blog, pas une tribune. Mon avis, pas la vérité sur le vie.
    Keep cool!

    RépondreSupprimer
  8. Quelle message puant la fausse rébellion. Ca te flatte peut-être l'égo d'écrire des textes "engagés" contre une jeunesse pseudo agonisante ou une société américanisée. C'est pourtant avec des textes comme ça qu'on creuse les incompréhensions entre les générations.
    Certes la jeunesse parfois est grossière, blasée, stupide ou grotesque mais est-ce vraiment un problème de génération?
    Non, la jeunesse crée, aime la culture et s'ouvre au monde et je suis fier d'être des leurs.
    Adrientprat

    RépondreSupprimer
  9. ça flatte que dalle.
    Et je crois que tu n'as rien pigé. Je suis profondément attachée à la jeunesse, à ce qu'elle fait de son époque. Là, j'évoque la paternité d'une société malade qui devrait être reconnue.
    T'as rien lu ici si tu penses que je n'aime pas ma génération.
    Et c'est un blog, je le redis, un texte balancé comme ça, pas un appel au peuple.
    CalmoS.

    RépondreSupprimer
  10. Oui t'as raison je suis tombé sur ce post par hasard, je l'ai d’ailleurs trouvé très bien écrit mais le fond m'a fait réagir et plus particulièrement les commentaires en dessous!
    J'ai pas été voir les autres articles, je vais donc y faire un tour..
    Adrientp

    RépondreSupprimer
  11. http://agirlcalledgeorges.blogspot.fr/2012/02/de-leau-tres-chaude-pour-calmer-le.html

    RépondreSupprimer
  12. ici, j'aime la forme et le fond
    (:3)
    brava georges

    (par contre, les codes anti-spam chez blogger, ça devient plus possible -_-)

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour, j'aime beaucoup, beaucoup ta prose. C'est fluide, bien écrit, avec les mots qui tappent ! Belle découverte ce blog !

    RépondreSupprimer