Georges

Georges

lundi 21 mai 2012

Back to paper - Sparse (spoiler)

Quand j'ai appris la sortie d'un numéro papier de Sparse, je me suis dit que c'était une vraiment bonne nouvelle. Ensuite, j'ai regretté de ne pas en être, du numéro papier. 
Après m'être pris les pieds dans mon Ego d'idiote, je suis devenue impatiente. 
Je savais que ce mag, il serait beau ou il ne serait pas. Impossible selon moi dans l'esprit de Sparse de balancer un gratuit ni fait ni a faire dans tous les rades cools de Dijon. 
Sparse, c'est du lol qui bosse bien. 
Je l'ai chopé le jour de son arrivée en ville, après la fête anniversaire des deux ans de Sparse. Je me pointe dans le gros truc noir vers les halles. J'ai siroté du coca light  beaucoup trop glacé avec de la musique de merde en fond, et j'ai dévoré le papier à la paille. 
J'avais un a priori positif, sympathique.
Je chope le truc en petit tas vers la fenêtre du pub. 
La couv' est de toute beauté, un jeune homme s'allume une clope dans un vaisseau bleu, qui tranche avec l'eau noire du canal. Son pote rame, happy face. Super cliché.
Je retrouve les classiques que j'espérais : La tournée des gros ducs, ce bon vieux Fred François, les chroniques ciné...
Agréablement surprise par les interview de Shackleton et Ivan Smagghe, ce sont deux personnes totalement inconnues pour moi et elles m'ont fait envie. Parce que les mecs sont cools, et l'affaire rondement menée.
T'as envie de dire, vas y, mets du son!
Sparse, qui fait l'inventaire des machines à café du campus, c'est inutile donc indispensable.
Lorsque ça ressemble à du n'importe quoi, ça reste maitrisé, drôle et finalement crucial!
Un beau travail de team ce number One de Sparse qui transpire la volonté de te faire kiffer Dijon et ses nuits. 
Tout est propre. Réussi. 

En slogan ça donnerait : Le gratuit que tu as envie d'acheter... 

N'oublie pas de te dégoter un exemplaire. 
Comme une chacal, j'en ai pris deux. 
Bravo!


http://www.sparse.fr/2012/05/07/sparse-magazine/

8 commentaires:

  1. Il fait envie ce magazine. En espérant que Dijon ne soit pas toujours Dijon.

    RépondreSupprimer
  2. #mersea
    ça fait vraiment plaisir :)

    RépondreSupprimer
  3. De rien POB. Et en plus, je susi conne! Ivan Smagghe, je ne le connais pas mais j'ai dansé sur sa musique au pulp. J'ai retrouvé un flyer Kill the DJ.

    Nicolas : Dijon, c'est bien pour tout, la foule et l'anonymat. C'est ce que j'aime, ce côté dédaigneux à le mérite de te foutre la paix.
    Et il y a des belles vies de Quartier, enfin, j'aime.
    Apparemment la naïte c'est cool aussi.
    Bon, pour les gay...

    RépondreSupprimer
  4. "Le gratuit que t'as envie d'acheter", c'est la plus belle accroche du monde

    RépondreSupprimer
  5. C'est mon mercator qui me revient.

    RépondreSupprimer
  6. comme d autres villes, il y a plusieurs dijon.... je navigue entre 3... ou 4....

    je pourrai t'emprunter un num papier du sparse? je suis pas conservateur, juste pour le lire... promis, je l abimerai pas!!!

    le becot... d'ici l apero!
    G.

    RépondreSupprimer
  7. Ben la semaine pro on se fait un apéro à l'industrie, il en reste, si j'y vais avant je t'en mets un de côté (excuse moi pour la non réponse, j'étais avec un ami toute la journée de jeudi...) Bisous

    RépondreSupprimer