Georges

Georges

mercredi 11 avril 2012

Coffee time

-Matin noir comme la mare de café que je me suis servie. Le chant rituel et guttural de la cafetière orange disco emmaüs what else.

- Je sais que le détartrant existe, mais je lui préfère le rituel.
-Les miaulements muets du chat qui, les babines closes, essaie de manifester pour une entorse au minima croquettes de 60g par jour. 

-"steuplait, aboule le thon" supplient ses cordes vocales. 

- Je voudrais des kilomètres de futilités en patchwork. S'il vous plait. Merci.

- Des conversations de cuticules et un rire de reine du bal.

- Non, je déconne. Je garde l'intranquilité et l'émerveillement dans mon jeu, tout en pensant que je pourrais prochainement piocher une carte chance.

-Virginia Woolf, d'après le dossier du magazine littéraire était sacrément dépressive. Je ne savais pas qu'elle s'était jetée dans la rivière Ouse. Le texte sur ce suicide est de Patti Smith. Et pour tout dire de l'avènement de ma futilité, j'ai acheté le magazine en partie pour ce texte.

- C'est un bon début.

- J'ai souvent eu des crises d'insomnie pendant lesquelles je réfléchissais presque scientifiquement et surtout très froidement à la meilleur façon de mettre fin à ses jours. La noyade n'était pas dans le top 10. 

- D'ailleurs, la noyade est toujours au coude à coude avec l'immolation. 

- Mais sinon, vivre c'est parfait aussi. Je dis ça pour ceux qui préfèrent les trucs plus joyeux.

- A ce propos et pour ceux là, Marc Levy sort un truc là, j'ai vu ça. Il doit peut-être y ressusciter des morts et leur dire tout ce qu'il a dans son grand cœur.

- Pour la première fois, hier soir, nous avons regardé les clips de campagne. 

- Personne ne propose d'émeutes. Tas de tièdes.

- Mon café est terminé. 







13 commentaires:

  1. Moi aussi, j'aime bien Virginia Woolf. :-)

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai encore rien lu d'autre que des bribes de journaux. Je pense que je vais commencer par : Les vagues.

    RépondreSupprimer
  3. C'est mon préféré. Avec Mrs Dalloway. Je ne sais pas si tu as vu le film "Les Heures" qui s'en inspire, c'est une réussite.

    RépondreSupprimer
  4. Ah oui, The Hours est absolument à voir !!! Il est excellent !

    RépondreSupprimer
  5. Pour la cafetière, essaie l'eau avec du vinaigre blanc. Désolé d'être aussi trivial après Virginia Woolf. Je crois avoir essayé d'en lire une fois. Pas accroché.

    RépondreSupprimer
  6. Clara Et L. Je le regarderai !

    Calyste: En fait j'aime bien le personnage. Sa complexité, mais je n'ai jamais rien lu de ses romans.
    C'est comme Anaïs Nin, j'aime ses journaux mais pas ses romans.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour George. =)
    Après une éternité d'absence je me manifeste de nouveau. Poltergeist sentant son heure ?
    Et une constatation tout d'abord : comme ça m'avait manqué ! J'en oubliais ton talent figures-toi... Et je dis ça pour ce que ça vaut. Pas plus pas moins.

    Bref c'est toujours délicieux. Comment faire non-parler un chat et se maintenir dans ce registre des observations distantes, des senteurs diffuses du monde...

    Virginia Woolf... Les Vagues...
    S'il y avait un livre à sauver de l'humanité, je choisirais celui-ci.
    Difficile d'accès dans un premier temps, certainement. Miraculeux ensuite.
    Ce livre contient tout ce qu'on peut apercevoir des rapports humains. C'est la perfection et la beauté du Cercle, du Lien.
    Pour moi, jamais aucun livre ne sera meilleur que celui-ci.

    J'ai mis longtemps à accepter l'idée que c'était déjà fait, qu'il n'y avait plus rien à ajouter... Longtemps pour retrouver l'outrecuidance d'écrire.
    J'espère qu'il n'en sera pas de même pour toi. :)
    Si tu le lis en français, je te conseille la traduction de M. Yourcenar, magnifique.

    C'est Virginia Woolf qui disais, je crois, "La littérature c'est la vie avec un chat, ce n'est pas nécessaire mais on vit mieux avec."

    RépondreSupprimer
  8. Virginia Woolf, pour "Mrs Dalloway", bien sûr, et pour cette idée merveilleuse de "la chambre à soi".

    Et puis je garde ce texte (ce post, le tien), pour cette phrase : "Je garde l'intranquilité et l'émerveillement dans mon jeu, tout en pensant que je pourrais prochainement piocher une carte
    chance".

    Juste comme ça. Comme une fleur que l'on trouve un jour où l'en pensait n'en point trouver.

    RépondreSupprimer
  9. Le forban : Je vais le lire en français et je suis ton conseil. Je ne l'ai pas trouvé à la bibliothèque hier, il faut que je le réserve.
    J'aime bien la comparaison entre la littérature et un chat.
    Pour ce qui est de l'outrecuidance d'écrire, j'aime bien cette formule, mais je ne pense pas que ça m'arrive, parce que je lis énormément et jamais, jamais, je ne compare des posts sur un blog (j'allais rajouter bourré de fautes) avec ce qu'on appelle "la littérature".

    Anne: Contente de t'avoir offert cette fleur alors.
    J'ai hâte maintenant, de lire V.Woolf.

    RépondreSupprimer
  10. Salut
    je ne dirai qu'une chose , quelle belle plume!
    PS
    par rapport à ton texte
    j'aime plutôt bien vivre mais j'aime pas trop Marc Levy et ses titres qui commencent par "Et si" ..c'était vrai..c'était pas vrai..tu partais..tu revenais..on s'aimerait, on s'aimerait plus..dire qu'on coupe des arbres pour imprimer ça! gros bisous A+ Jerome

    RépondreSupprimer
  11. Cest des arbres élevés pour ça, pas pour faire une jolie forêt ac des biches dedans.
    Sinon, core un petit bonheur du jour. Adorable Georges.

    RépondreSupprimer
  12. @Jerome : Oui, il pourrait essayer : "si je fermais un peu ma gueule pour voir". Mais je crois qu'il y a de la demande, à fond, pour ce genre de trucs. Merci de venir par ici, ça me fait plaisir! Bises!

    @Nicolas: Oui, élevés pour ça, mais ils méritent mieux quand même que toutes ces conneries qu'on trouve en librairie. Et je ne dis pas ça pour M.Levy mais un tas de trucs basés sur du vide. Des témoignages de recalés de la télé réalité et toutes ces conneries...
    Enfin, tu sais de quoi je parle.
    Sinon, merci beaucoup Nicolas.

    RépondreSupprimer