Georges

Georges

dimanche 25 mars 2012

Disorder

Je me réveille comme ivre de la veille, la tête lourde, les yeux bouffis.
Ivre du soleil qui a joué longtemps avec mes cheveux.
Ivre d'avoir laissé l'hiver loin derrière. 
Ivre de ce printemps qui charrie dans son lit des promesses de sursaut.
L'odeur du café très serré commence à me réveiller. 

Dans mon casque, les morceaux du premier album de Joy Division "Unknown pleasures" m'arrivent dans un ordre aléatoire. Je l'écoute avec mon corps qui entre dans une transe douce, ma tête s'allège, les mots la consolent de sa cuite imaginée. 
Longtemps je n'ai pas pu écouter très souvent Joy division, ça me mettait vraiment mal. Trop dark, je n'arrivais pas à dissocier le groupe du destin de Ian Curtis, surtout après avoir vu Control un film sur lui d'Anton Corbijn.
Je me souviens très bien d'une conversation avec mon copain Teka à la business school où nous passions notre BTS de merde, on parlait souvent musique à la pause cigarette, il me parlait de Ian Curtis avec tant de passion qu'il m'a donné envie d'aimer. 
C'était lors de la sortie du film, comme tous les films que je veux voir absolument, je l'avais raté.
J'ai mis longtemps à avoir accès à cette musique. Je ne sais pas quels chakras étaient mal alignés, mais ça ne venait pas, j'avais envie d'arrêter rapidement l'écoute après trois chansons, je me sentais triste comme une pierre à ricochet. Bonne à me bouffer la peau des ongles pour les deux heures qui suivent. 



Dans la semaine, j'ai voulu acheter Rock and Folk, il n'était plus disponible chez mon dealer, j'avais envie d'un truc, genre caprice, j'ai eu l'idée de merde de prendre Rollingstone. Du papier sale, des articles potaches à la con. Des mecs qui écrivent en se prenant de très haut, j'ai pu m'enquiller deux papiers à tout casser. 

Le problème est résolu depuis hier, j'ai retrouvé mon vieux rock and folk avec ses photos pas possibles. Ce magazine est bon, mais il est moche. J'ai arrêté de lire les papiers d'Eudeline.

Pour le reste : 
- Blessure d'orgueil parce que Malena a qualifié les "bérurier noir" de groupe de beauf.
- J'ai des stickers Mélenchon.
- J'ai vu la première motocyclette datée de 1897, le truc qui m'a surtout interpelée dans ce mini évènement, c'est le mot, motocyclette, lol quoi. 
- D'ici à ce que je me mette d'accord sur le fait d'aller voir ou non Bye Bye Blondie de Despentes, il ne sera plus à l'affiche, le savoir ne me fait pas grand chose. 

6 commentaires:

  1. Control est un grand film. Mais certains ont dit que justement, le film était trop centré sur Curtis

    moi, j'ai vraiment bcp aimé et c'est ça qui m'a donné envie de mieux chercher dans la disco de ce grand groupe.

    motocyclette sera le mot 2013 j'en suis convaincu XD

    c'est pas grave de louper les films à leur sortie...
    enfin, si, mais je me tais, je vais passer pour un intransigeant
    :p :p


    bisou (ça fait longtemps (:3)

    PS:
    Malena a tort, oui.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Injektileur : Je sais que rater des films au ciné c'est pas ton genre ;)
    Control, je l'ai vu l'an passé, et j'ai adoré l'esthétique, la photo... La musique était pour moi secondaire.
    Il faudrait que je le revois.
    Bises!

    RépondreSupprimer
  3. Motocyclette! Ben oui, on disait ça, quand j'étais gamin. Un peu après 1897 tout de même!

    RépondreSupprimer
  4. Calyste, j'ai repensé à ce mot quand un motard en Harley a fait une queue de poisson à une cycliste : tu vas te calmer toi, avec ta motocyclette!

    RépondreSupprimer
  5. Je me suis posée la même question pour Bye Bye Blondie, j'ai fini par y aller, j'étais seule dans la salle, au Devosge, projection privée en somme.
    Ça ne m'a tout de même pas réconciliée avec B. Dale.

    RépondreSupprimer
  6. Pour ma part..; Raté!
    La BO avait l'air bien. Mais le film mou...

    RépondreSupprimer