Georges

Georges

vendredi 17 février 2012

Devenir

_ Lors d'un passage en caisse qui se solde par un refus de ta carte bancaire, tu constates direct que tu viens de passer du statut de cliente "bonjour, carte de fidélité, bonne journée" à celui de crevarde chronophage et fauchée devant qui on ne prend même pas la peine de fermer la bouche pour mâcher du chewing gum. 

Tu t'obstines un peu et elle te répète : ça m'dit "échec".

_ Dans les recherches google qui mènent ici tu vois :  henry david thoreau De la marche. Le jour même où tu as pris, posé, repris, reposé ce livre dans une librairie, te demandant si tu avais ces putains de trois euros et si tu pouvais les mettre dans un livre.
Tu n'as pas les 3 balles, et donc pas le livre.

_ Au sujet de cette précarité, tu ressens une certaine culpabilité à ne pas accepter les choses, à t'en agacer. Ressentir cette frustration te donne une mauvaise image de toi.
Alors c'est ça? Georges? une fille qui tape du pied pour un bouquin qu'elle trouvera bien quelque part ailleurs et gratuit.

_ Il y a des limites à l'humour, pôle emploi en frôle les frontières quotidiennement en te proposant d'être prof de guitare, formatrice frigoriste, neuro-psychologue et agent d'entretien de crématorium.  


_ Tu es la personne la moins "carpe diem" qu'il soit.
  
_ Comme trop souvent tu vas rendre un dvd à la bibliothèque, dont on t'a dit qu'il était super, ou alors tu l'as lu, en tout cas, tu as ce film bien, parait-il, qui a vécu chez toi, qui va être rendu, sans avoir été visionné.



_ Tu ne sais/ne préfères pas savoir d'où vient ce désintérêt machinal. C'est une paresse intellectuelle qui te fait plutôt honte.

_ De nombreux constats, peu flatteurs, pris comme des bonnes vieilles tartes, pouvant se résumer en une phrase simple et efficace: tu perds ton temps.

_ Savoir qu'une personne a eu accès à tes mails, peut être davantage, ton historique etc... te rends coupable. Parce que tu as cette page que tu ne dois pas partager avec les "gens du travail".

_ Tu t'aperçois que tes connaissances qui pourraient peut-être contribuer à ce que ta vie soit moins merdique sur un plan pro ne le font pas. Tu es difficile à défendre. Tu es la fille qui parle mal, qui tient des propos gauchistes et qui trouve la moitié du monde naze, normal qu'on ne te rappelle pas, lorsqu'on le sait.

_ Un black out média serait salutaire, tu en entends trop, tu ne peux rien faire de concret, à part en entendre moins, optimiser ton temps, retourner des vinyles sur ta platine et marcher jusqu'à ce que tes jambes te mènent ailleurs, à défaut d'aller "quelque part".


_ Il faudrait une dispersion progressive de cette masse d'inquiétudes qui obstrue le paysage.

_ L'impression de t'arracher les yeux sur une note qui aurait été gribouillée par son auteur.

_ L'impression de trop miser sur tes impressions.

_ Il faut surement se ressaisir, c'est ce mot là, sans doute.

_ Il faut aussi déconnecter, et vite.

_ Étirer tes possibles.

_ Tu sais, ce mot, tu l'aimais, l'as-tu oublié? 

_ Sortir

_ Respirer

_ Laisser l'angoisse partir en buée ...









14 commentaires:

  1. "C'est vrai, nous ne sommes que des croisés au coeur défaillant, même les marcheurs d'aujourd'hui, qui ne se lancent jamais dans la moindre entreprise de longue haleine exigeant quelque persévérance. Nos expéditions ne sont que des périples qui nous ramènent le soir auprès de l'âtre d'où nous étions partis. La moitié de la promenade consiste à revenir sur nos pas. Nous devrions entreprendre chaque balade, sans doute, dans un esprit d'aventure éternelle sans retour : prêts à ne renvoyer que nos coeurs embaumés, comme des reliques de nos royaumes désolés. Si vous êtes prêts à abandonner père et mère, frère et soeur, femme, enfants et amis et à ne jamais les revoir ; si vous avez payé toutes vos dettes, rédigé votre testament, réglé toutes vos affaires et êtes un homme libre ; alors vous êtes prêt pour aller marcher."

    Henri David Thoreau

    RépondreSupprimer
  2. Ton coup de barre me fait rire, je peux me le permettre parce que je sais ce que c'est, comme disais ce cher MJ : http://www.youtube.com/watch?v=pAyKJAtDNCw

    mais moi ce livre, ce cd, ce magazine ou dvd, je le glisse sous la veste! et oui de temps en temps ca fait du bien un peu d'illégalité, "shoplifters of the world unite and take over!"

    (tu bosses où au fait, ca m'intrigue, ça à l'air tellement "NORMAL" comme endroit)

    RépondreSupprimer
  3. Dans ce que tu écris ici, moi je vois de la richesse et de la liberté, ..... derrière la buée.

    RépondreSupprimer
  4. De l'incivilité, je ne sais pas.
    Les mots, l'image, L'étranger, cotonneux, pulse sa géométrie plus fort

    RépondreSupprimer
  5. Et de beaux demains, quand le brouillard se sera dissipé, ce qu'il fait, toujours !

    RépondreSupprimer
  6. Anne : Merci pour cet extrait, il confirme mon envie de le lire!

    tenderhooligan : Je pensais que le morceau de MJ serait autre, du coup, même pas pu écouter le king of the dead pop.
    Pour le reste, maintenant tu sais. ^^

    Calyste : Oui, de la liberté qui dort mais qui existe... derrière la buée :)

    L'Ombelle : Merci pour le morceau, tu fais toujours de bons choix.

    La plume : Oui, il le fait toujours, il faut savoir être patiente...

    RépondreSupprimer
  7. Je tiens le Thoreau à ta disposition. J'aime pas trop voler des trucs, mais en revanche j'aime bien faire circuler les "vrais" livres.
    Une adresse, ou un bistrot dijonnais où je peux laisser une enveloppe avec marqué "Georges", et hop !
    Elle est niaise cette proposition ?
    Je crois pas.

    (PS : je ne suis pas un robot non plus)

    RépondreSupprimer
  8. Je suis loin de trouver cette proposition niaise, au contraire.
    A ta convenance pour le lieu!
    Je te remercie Anne, c'est très sympathique et généreux de ta part.
    Bien entendu, je prendrais le plus grand soin de ton livre.

    RépondreSupprimer
  9. "Le Mayence", rue des Forges. J'y passerai demain ou mercredi.

    Allez : un dernier pour la route :
    "Je rêve d'un peuple qui commencerait par bruler les clôtures et laisser croître les forêts."

    RépondreSupprimer
  10. je connaissais pas thoreau D:

    merci anne

    si je reviens à dijon un jour (j'aimerais :'(
    je passerai par le mayence ^^
    et je demanderai si ya pas un bouquin qui traîne (^^")


    à part ça, george, avec du recul, je trouve que tes textes, même toujours tristes, prennent en "clarté", donc j'aime d'autant mieux (:3)
    félicitations

    RépondreSupprimer
  11. Anne : Merci, je passerai mercredi soir.
    C'est vraiment parfait! Je prends soin des livres il te sera rendu tel quel. Cette citation que tu donnes est encore une fois juste, Thoreau a dit beaucoup de choses importantes.

    Injektileur : Tu connaissais Thoreau depuis au moins les dernières élections cantonales, j'avais mis un extrait de "la désobéissance civile" que tu avais commenté. Sur le vote, son inutilité.
    Merci pour la clarté, quant à la tristesse, c'est ton interprétation. :)

    RépondreSupprimer
  12. george >
    D: D: autant pour moi

    (-_-") dsl

    RépondreSupprimer
  13. C'est sans intérêt. Ne sois désolé de rien, voyons. Enfin, si, peut être juste de ne pas mettre un "s" à mon prénom! ;)

    RépondreSupprimer