Georges

Georges

mardi 21 février 2012

Ah? ok...

Dans les rues déjà vides, la nuit fraîchement tombée... un son strident. 
Tu sais que tu le connais mais tu ne sais plus d'où, comme un tas de gens que tu croises.
Le tiiiiiit insiste
Il provient d'une cabine téléphonique recouverte d'affiches de concert ska, reggae ou un autre truc qui justifie l'abus du vert, du jaune et du rouge. 
Et ce "tiiiiit" qui "tiiiiit" de nouveau. 
La cabine télé rasta te sonne. 

G: Allo?
I: bonsoir, vous avez essayé de me joindre...
G: C'est le numéro d'une cabine publique
I: ah? ok... 
G: ... à Dijon
I: ah? ok...

C'est pas toi, donc, qui court après les années 90 mais bien elles qui te sollicitent.
C.Q.F.D

5 commentaires:

  1. Mince, ce coup de téléphone commençait comme un polar ! La réalité n'est plus ce qu'elle était !

    RépondreSupprimer
  2. Ouais, le mec aurait pu me dire : regarde dans la poubelle à 17 pas en direction du sud, prends l'arme et récupère les balles cachées dans le combiné...
    La réalité est décevante et je ne suis pas nikita, quelle tristesse :)

    RépondreSupprimer
  3. Vachement bien le concept du post fulgurant

    RépondreSupprimer
  4. Il parait que les derniers sont trop longs...

    RépondreSupprimer
  5. Mince alors v'là la frustation !! C'était original pourtant comme début de soirée...

    RépondreSupprimer