Georges

Georges

vendredi 4 novembre 2011

La vie sous blister?

Les grandes enseignes de Junk food ont des bases de données incluant toutes les personnes ayant un indice de masse corporelle critique pour les abreuver de textos alléchants. 
Et comme ça, quand vient le soir, qu'on se sent seul et inutile, on s’appelle une pizza chimique. 

Bouffe, tu n'es plus seul, regarde, bouffe, tu as une pizza, un livreur qui te sourit, bouffe. 

Il ne sera pas trop tard, demain, pour te détester consciencieusement en foutant ton carton dans la poubelle jaune.

Tu vois, comme ça, ta misère affective sera recyclée.

Tout est prévu. 

On nous intime de ne pas gaspiller, de bien trier, d'être de bons petits soldats façonnés dans la peur de mal faire.
Dans le même temps, on nous invite à acquérir des télévisions plates et mythomanes qui seront obsolètes dans deux ans. 
Qui s'ajouteront aux autres déchets du même ordre, technologies périmées avant même que le taux d'équipement soit optimal.
Nous sommes des clients. 

Citoyens clients, clients rois. 
Rois des nazes. 

Les adolescents sont plus doués en marketing qu'en français. On substitue le marketing à la philosophie. 

Futurs produits, citoyens produits. 
Toute la journée, croiser des pubs, des clips, des esquisses d'adultes modelées dans la même boue visqueuse et consensuelle. 


Et ça se met en vitrine, ça parle en slogan. 

ça ne regarde pas les bandes fraternelles assises au sol qui demandent des sous pour bouffer, vu qu'elles ont déjà des joints pour planer et des bières à faire tourner. 

Même les bandes fraternelles aux cheveux délavés,qui parlent à leur clébard comme on ne parle même pas à un clébard, deviennent des caricatures. 

Ceux qu'on classe dans la case "F", à la rubrique "fous" semblent plus lucides que n'importe quelle marionnette considérée psychiquement viable.

Les abrutis se dupliquent, le service après vente n'est pas assuré, on omet de dire : gardez bien le ticket de caisse de votre produit, laissez bien l'étiquette, on vous fera un avoir.
Il y a des jours comme celui ci. 
Il y a des jours en carton pâte, en disneyland.

Fake/fake/fake/


12 commentaires:

  1. HEY !! ALERTE !!! ALERTE !!! Le carton à pizza ne va PAS dans la poubelle jaune... tsss.

    RépondreSupprimer
  2. Ce ne sont pas les mêmes qui nous disent de recycler et de ne pas gaspiller que ceux qui nous vendent toutes ces saloperies bien ciblées (Georges, une aficionada de Claude Allegre? hum huuum...)

    Mais cest toujours le même probleme : tant qu'il y aura de la demande les rejetons des ecoles de commerce où pullulent les post-ados avides de réussite qui baignent dans le mutagène du consensus produiront des saloperies...

    http://www.youtube.com/watch?v=vvWEKhGU6X4
    hehe

    RépondreSupprimer
  3. An'So, oui c'est vrai.

    Anthony: pouah Claude Allègre.
    Oh Non, ça y est, j'ai dit de la merde qui va me coller aux basques.

    RépondreSupprimer
  4. La vie artisanale... c'est comme ça que je conçoit la vie.

    Tu achètes ce dont tu as besoin quand tu le peux....

    Tu cuisines de bons produits, toi même, en te faisant plaisir, autant en le préparant qu'en le mangeant en compagnie de celle (ou ceux) que tu aimes voir se régaler de ta cuisine.

    Tu vis ta vie en étant là pour ceux qui en valent la peine....

    ça ressemble à de l'individualisme mais j'ai pas de solution pour sauver la planète, alors je vis au mieux pour et avec ceux qui me sont chers.....

    Si tu veux, Georgia, tu peux faire partie de mon monde, parce que, comme le dit une connasse à la télé, "tu le vaut bien"....

    La vraie grosse bise petite demoiselle.....

    g.

    RépondreSupprimer
  5. Comme Gueurn.
    (j'économise aussi les mots, bien qu'ils soient recyclable à l'infini !)

    RépondreSupprimer
  6. got it
    http://www.youtube.com/watch?v=33Jaodra7AY

    RépondreSupprimer
  7. Gueurn' et la plume : je suis bien contente de vous revoir par ici!!
    Je suis aussi d'acc avec toi, une bise grand monsieur!

    RépondreSupprimer
  8. Intéressant, intéressant... Alors oui tu dis sans doute de la merde à un moment ou un autre mais la fatigue (conséquente à l'imposition sociétale d'horaires, respectant eux même des cycles naturels : quelle pute.) les aura allègrement laissé passer.
    Et puis certains jours on a envie de tous les mettre dans le même sac. Histoire de se rappeler qu'on s'en rend compte que ça tourne pas rond, que si on s'en rend compte c'est qu'on est pas si con et que donc ça doit être les autres qui n'y coupe pas.

    Enfin... Ces jours là j'essaye humblement de me dire que je cautionne totalement ce système. Ou du moins ne fait rien pour qu'il change; ne peut d'ailleurs rien faire. Les Lumières c'est loin, bande de hippies idéalistes! Il n'y a qu'a voir la complexité du problème... Les personnes capables de changer la situation mondiale n'ont aucun intérêt à le faire, l'être humain est par nature intéressé (prendre ça pour de l'instinct de conservation) donc... status quo. L'intelligence est une forme de pouvoir et toute forme de pouvoir pousse son détenteur à empiéter un tantinet sur les plates-bandes du voisin moins bien lotis. Seulement le tantinet il s'étoffe à mesure que ledit pouvoir augmente (d'où l'expression Se laisser manger la laine sur le dos... heu...ouais?). Alors des tantinets, des tantinets, ça finit par faire des gros tas de tantinets!
    Bref je vais arrêter de développer, ça pourrait durer des pages et le but n'est pas de faire le plus gros tas de caca possible (comme je ne suis pas chez moi j'en profite! ^^).
    Et puis après tout l'escalade catastrophique c'est toujours bandant. Je me vois tout à fait vivre dans un monde post-apocalyptique, j'ai joué à Fallout 3 moi Madame! Même pas peur!
    Par contre mon Ipod me manquerait...

    RépondreSupprimer
  9. je rêve d'un final à la hauteur. Mon ipod me manquerait peut être un peu aussi, mais c'est pas grave, j'ai pas mal de giga de mémoire, je tiendrai le micro ;)
    Ouais, "humblement", tout est là, je crois que je gaspille mon opiniâtreté, je devrais peut être la consacrer à terminer des jeux sur la Wii au lieu de rogner des os déjà bien entamés.

    Pfff j'aimerais tant que ça soit le gros bordel.

    RépondreSupprimer
  10. Ahah! Chacun veut sa part de drame... On l'a tellement fantasmé qu'on est prêt a tout, quitte à la fabriquer de toute pièce. =)
    Je crois qu'avec ce postulat on rationalise bien des choses. Reste à savoir si ça fait de moi un fataliste, un philosophe ou un connard.^^

    RépondreSupprimer
  11. Nous sommes tous un peu philosophe fataliste connard. Sauf idéalisme de jour triste et frais à ruminer.

    RépondreSupprimer
  12. je te laisse remettre tout ça dans l'ordre!

    RépondreSupprimer