Georges

Georges

dimanche 9 octobre 2011

VSD

Après une journée à suer ta fièvre dans un lit jamais assez brulant, tu fends la foule venue écouter le même concert que toi, elle, et des amis. 
Les fans chantent à tue tête les paroles de Mademoiselle K dont tu ne connais que deux chansons. 
La grippe ne t'empêche pas d'envier la sale gosse qui se trémousse sur scène, guitare désinvolte, silhouette iroquoise. 
Tu te dis que tu ferais bien  ça, toi aussi, la conne sur une scène avec tes copains un peu partout en France, pour chanter quoi? Avec quelle voix? T'as juste envie de faire la débile maintenant qu'il faudrait que tu trouves un métier de grande personne qui cotise et tout... (CV sur demande, pas de permis B, Dijon)
Dans la salle, des filles enlacent des filles. 
C'est l'effet crête?   
Peu importe, tu t'es vaguement secouée en suçant tes pastilles dégueulasses et toi aussi tu as enlacé ta jolie fiancée.

Sur TumblR tu partages des photos qui arpentent des chemins oubliés de ton imaginaire, du romantisme, des fleurs, du noir et du blanc, ce qu'il faut de cette tendresse immature qui te caractérise.
La nostalgie d'un temps que tu n'as jamais connu.
La nostalgie d'un monde où tu t'es souvent réfugiée. 

Voir les gens que tu aimes te ramènent à tes patinages sans fin sur tes actes ratés, manqués, mal recollés. 
On te dit : Lâche, vas y lâche. 
Tu entends, crache, vas-y crache. 

Et tu le fais ici... tranquille sur ta petite page. 

Dans le TGV, tu envies celui qui dort parce que la lumière éclabousse tes yeux et la migraine derrière eux. 
Dans le TGV,tu souris parce que tu attrapes sa main et juste après, ses yeux. 
Tu n'envies plus personne.
Un jeune homme méchu et joli porte des vêtements élégants et des chaussures ridicules. 
Tu dis à Malena que tu aimes son sac, sa veste, en le regardant, elle reste comme toi bloquée sur ses chaussures. 
Vous riez. 
Elle n'aime ni le sac, ni la veste. 
C'était la minute facheunouik.

C'est pas pour faire du Georges Rimpoché, mais il y a vraiment des moments où tout est à sa place.  
Les sourires justement chargés et les étreintes vraies.
Ben, Alleluia hein!

Georges qui, ne vous inquiétez pas, sera bientôt à nouveau sinistre.

*C'est pour rire, faites pas les cons*



11 commentaires:

  1. C'était une grippe, l'interruption du son et de l'image, too bad. Ça m'a manqué, la lecture.

    RépondreSupprimer
  2. C'était une grippe et du temps avec ma famille aussi. Du bon temps.

    RépondreSupprimer
  3. Ah! les chaussures! ça a été longtemps un de mes critères de sélection lors des rencontres de hasard.
    Désolé, je suis un peu en avance sur l'horaire aujourd'hui!...

    RépondreSupprimer
  4. très joli, vraiment.

    mais euh, je me disais, j'aimerais bien que tu nous écrives des choses plus "fictionnelles", des fois ?

    ça pourrait être chouette ? (^^")

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas: oui, tout bien!

    Calyste: J'y suis très attentive aussi... aux chaussures, pas à l'heure :) enfin, sauf une que tu connais !

    Injektileur : J'ai un peu peur de ce que pourrait donner ici des pages de fiction. Il faut que je sonde...
    J'ai peur que ça perde en spontanéité et en justesse.
    Ceci dit, j'invente pas mal dans mes billets, j'arrange quoi, je trafique la vérité. à voir donc...

    RépondreSupprimer
  6. Et puis, c'est bien quand ça ricane, c'est bien quand ça rigole, c'est quand c'est tendre, c'est bien, quoi. Pas de contre-indication à un peu de fiction.

    RépondreSupprimer
  7. T'as juste un fan-club, c'est déjà beau

    RépondreSupprimer
  8. georges > c'est le genre de discussion de fond (artistique) qu'il sera difficile de tenir dans des commentaires ici.

    je pense simplement qu'il faut que tu te lances ^^

    si Rilke a dit "entrez en vous-même" je crois aussi qu'il est bon de sortir pour créer des situations et des personnages qui n'ont rien à voir, de près ou de loin (c'est dans les nuances que réside tout l'intérêt) avec nos vies.

    et évidemment, je sais que comme tout écrivain qui se respecte, tu en enlèves et/ou en rajoute quand il faut
    ^^

    mais prends pas ça comme une critique. Je suppose que ça doit venir de moi et ma manie de chercher le roman et la fiction ailleurs que dans mon 17 m2. lol


    bisou (je sais que t'adores ça XD

    RépondreSupprimer
  9. C'est vrai qu'avec ce blog je me place en observatrice la plupart du temps mais je ne suis pas sûre de savoir me mettre à la place de qui que ce soit. C'est mon drame.
    AAh.
    Bisous hein!

    RépondreSupprimer