mercredi 26 octobre 2011

le bonheur con

Fatigue saine d'avoir gratté au sol le lierre rampant, connard, infiltré, incrusté. 
Guerre déclarée sous un soleil frais de fin de matinée. 
Guerre remportée à la fin de cette journée, soleil tombant. 
Tu rentres cassée en deux mais bien, bien, bien. 

Les ongles dégueulasses qui te feraient honte à un autre moment t'amusent ici. 
Il faut quand même s'en débarrasser vite fait de cette crasse. 
Tu entends de l'espagnol, beaucoup, tu comprends pas tout, mais tu comprends les intentions qui sont  amicales, tendres presque.
Pudiques.
Tu confonds le shampoing et l'après-shampoing et c'est bon de ne rien comprendre aux étiquettes. Tu mélanges tout ça dans ta tignasse en ricanant de cette situation. 
Rien ne t'éclate plus que le fait de te sentir dans la posture de l'imbécile, surtout les jours de confiance.
Tu entends du préchi précha sur ton alimentation, pourquoi ça oui, pourquoi ça non... A quelles espèces de règles obéis-tu?

Des discussions sur l'éventuelle souffrance de la courgette qui ne t'exaspère pas. 

Capacité d'émerveillement multipliée par 12 : Les feuilles rougeoyantes de Dijon jusqu'à Troyes. 
Le carnaval des arbres qui te détourne des gens qui vont et viennent dans le wagon. 
Tu lèves tes yeux qui croisent ceux des voyageurs qui n'osent pas te dire de virer ton bordel pour qu'ils posent leur cul à la place. 
Tu ne baisses jamais le regard, tu gagnes à tous les coups.

Tu es snob, d'un snobisme acquis on ne sait comment. 
T'as toujours bouffé des faux pépitos sur une toile cirée pour le gouter, tu viens d'une catégorie socio-culturelle middle-class. 
Culture télé/Renault 20/halle aux chaussures/Franche-Comté/fautes de français...
Mais tu te la pètes comme un putain de pape. 
Qui t'as foutu ces idées de cachemire dans la tête, Georges?
Ce post est foireux, mais tu es juste bien. il n'y a rien à dire de plus.
Ah si, ce midi, tu as vu un rouge Georges. Il bombait son torse, comme toi.


7 commentaires:

  1. Et l'odeur de la terre! Elle me manque tant maintenant à Lyon!

    RépondreSupprimer
  2. Quelquefois, c'est juste qu'on se sent... vivante.
    Enjoy !

    RépondreSupprimer
  3. Calyste : ça fait un bien fou de mettre les mains dans la terre.

    Anne: Oui, Vivante c'est le mot juste...

    RépondreSupprimer
  4. Ya pas de bonheurs cons, ya juste des bonheurs on y croit pas tellement c'est base. Avec le temps, on réalise qu'ils sont indispensables. Aujourd'hui, dej avec une énervée de la gastronomie la plus moderne. Oeufs mayo et saucisse purée, un ballon de côtes, elle en avait les larmes aux yeux de toute cette simplicité plus que bonne, même pas chère. Apprenons à respecter les fondamentaux comme ils disent dans le foot.

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas : Pour moi il s'agirait de REVENIR aux fondamentaux, à la simplicité ;)

    RépondreSupprimer
  6. sengai
    http://www.youtube.com/watch?v=qoqZOR9DTi4

    RépondreSupprimer
  7. Merci, c'est chouette.
    J'aime beaucoup Eels.

    RépondreSupprimer