Georges

Georges

lundi 17 octobre 2011

I need My Shrink, here and now

Le mec du magasin de jeux vidéos vous regarde comme de la merde parlante quand Malena lui dit : je voudrais la gameboy et le Tétris dans la vitrine, là bas.

Le mec incrédule : LA GROSSE NOIRE ??

Toi : ouais...

Arrogante et crâneuse, tu nages à contre courant du méga plat avec ta gameboy-pavé.

Design grossier pour joueuse brutale et emportée.
Nostalgie en noir et blanc, Full pixel Vs Full HD.

C'est difficile pour toi d'écrire en ce moment, depuis qu'a été lancé le mot "fiction". 
Tu t'es remise à lire un truc auquel t'as cru très fort et tu t'es retrouvé devant une rédaction de sixième. Raide. 

Pour l'instant tu digères et te souviens de toutes les fois où tu t'es entendu dire que tu étais un écrivain.


Où est cette personne maintenant?

Tu trompes ta peur en regardant défiler des images comme dans un train, renonçant à chaque fois à la précédente.
En fait, tu ne sais pas si tu renonces ou si tu hésites, si tu changes ton fusil d'épaule, si, au juste, tu possèdes un fusil...

C'est une grosse mélasse dans ton esprit sur laquelle tu t'endors et te réveilles toujours aussi terrifiée. 

Vous savez quoi? Des coussins pour les jeunes enfants chantent du Bob Dylan.

Quand on ne sait pas quoi répondre à une question, le mieux, voyez, c'est de dire : Bob Dylan.

Georges qui l'a clairement mauvaise.







12 commentaires:

  1. La fiction, c'est une planque. Tu racontes ta vie en disant au lecteur : "c'est de la fiction" et tout le monde est d'accord. Tout le monde s'en fout, en fait. C'est ça qui est bien. Fiction n'est pas un obstacle de plus à franchir, la petite peureuse. Tu le disais toi-même dans un commentaire : la "vérité" tu t'en tapes et tu l'arranges. C'est le début du truc. Appuie sur ON.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, Il faut que j'appuie Nicolas.
    Il faut que ça sorte :)
    Merci pour tes encouragements.

    RépondreSupprimer
  3. En fait pas une crise non plus, laisse venir, ça vient quand on a envie

    RépondreSupprimer
  4. > non, la fiction n'est pas une planque. c'est un moyen de sortir de soi et de ses problèmes, énormes ou minuscules.
    raconter sa vie c'est pas une fatalité non plus, et plein d'auteurs ne le font pas, ou de très loin, y compris de nos jours, même si c'est de plus en plus rare.


    georges > c'est pas avec ce genre de texte que tu vas me donner envie de participer plus fréquemment
    :p :p

    plutôt que de te prendre la tête, je soumettais juste l'idée qu'il faut savoir créer avant de retranscrire, même si dans ton cas, l'avantage s'est de garder une cohérence certaine (^^)

    après, l'essentiel est simplement d'écrire, régulièrement, sans arrêter. Et là-dessus, tu gères. bravo.

    et au-delà de ça, fiction ou non, effectivement, tout le monde s'en fout. Mais personnellement, dans ton cas, je m'en fous moins j'avoue.

    RépondreSupprimer
  5. c'est pas avec ce genre de texte que tu vas me donner envie de participer plus fréquemment -----> POURQUOi?
    Merde... je ne comprends pas trop ce que tu veux dire Injektileur, j'y mets de la bonne volonté pourtant.

    pourquoi tu t'en fiches pas dans mon cas de la fiction ou pas?

    RépondreSupprimer
  6. > je ne vais plus trop avoir envie de participer, parce que ça fait plusieurs fois qu'apparemment, qd j'essaye d'être constructif, ça te stresse. Et j'en suis bien désolé.
    J'ai tout sauf envie de te bloquer dans ton élan créatif, sincèrement.

    et si je m'en fiche pas, c'est tout simplement parce que tu sais que ce que tu fais me plaît.
    Ca n'a absolument rien à voir avec mes propres "velléités littéraires". C'est juste que par exemple, si t'étais compositrice, je te dirais, imaginons "le piano, c'est vraiment bien, mais maintenant j'aimerais entendre du violoncelle"
    ou l'inverse

    ou encore "les sonates/sonatines c'est bien, maintenant essaye un concerto ?" ?

    (^^")



    bref, je répète, vraiment, j'ai aucune envie de te faire faire revoir ton introspection artistique, j'ai pas les connaissances et le niveau pour ça.
    j'imagine donc que je me tairai, tout en te montrant parfois que oui, bien sûr, je te lis toujours

    RépondreSupprimer
  7. Ce que tu as dit m'a vraiment servi à me rendre compte dans un premier temps que j'avais (avant le blog) produit de la merde dont j'étais contente.
    Maintenant, je réfléchis à être contente d'une nouvelle production qui ne soit pas de la merde ou une planque pour règlement de compte à la con...
    J'ai pris ton conseil/avis comme tel, et je t'en remercie, c'est bien de se remettre en question.
    Depuis que tu en as parlé j'y pense de manière plus constructive.
    Et je continue mon ego trip ici même en attendant de savoir dans quel sens aller.
    Ce qui se fera naturellement.
    exprime toi!

    RépondreSupprimer
  8. ODE (for Bob Dylan) & FOR JOANNA
    http://www.emptymirrorbooks.com/keenan/sevensundays-3.html

    RépondreSupprimer
  9. C'est drôle, ce poème de McClure -FOR JOANNA- évoque aujourd'hui la voix de Callahan plutôt que celle de Dylan ... sans doute une histoire de H aspiré dans le temps
    http://www.youtube.com/watch?v=5J-WpgOzW9A
    Chez Georges, comme par McClure, un douillet PILLOW chauffant tient en éveil

    RépondreSupprimer
  10. georges > alors c'est tant mieux comme ça, si j'ai pu t'être utile d'une façon comme une autre ^^
    ça me fait plaisir

    travaille bien.

    RépondreSupprimer
  11. Anonyme 1 - Merci pour le lien, très bon site.
    De la poésie beat que je l'aime.

    Anonyme 2 : ou anonyme bis? Très belle cette chanson de Callahan, pour qui je nourris une obsession en ce moment.

    Injektileur : Merci.

    RépondreSupprimer
  12. Je voulais dire comme je l'aime... Pas que je l'aime. Johnny sort de mon corps.

    RépondreSupprimer