Georges

Georges

mercredi 3 août 2011

Pizza is EVIL

En mai. Commande d'une pizza. 
Le livreur : vous savez il est plutôt temps de faire du sport que de bouffer des pizzas, c'est bientôt l'été nianiania...
Georges : PARDON??

Malena, voyant son Georges bouleversé appelle la direction. 
Elle explique le truc en disant qu'il faudrait peut être recadrer ce livreur qui fait pleurer les filles en leur mettant sous le nez l'angoisse du maillot de bain imminent. 

Ceci dit, maillot de bain, mon cul!

Hier. Ding Dong, c'est le livreur. 
Georges : Bonsoir
Livreur : rien... puis, vous me reconnaissez ?
Georges, a qui on ne la fait pas : oooh oui. Bien sûr que je vous reconnais.
Livreur: vous savez, faut pas mentir madame, et dire qu'on vous traite de grosse vache quand c'est pas vrai. 
Georges: PARDON??

La suite : des explications foireuses, et votre Georges qui a sorti tous les connards tapis sous l'amertume d'une journée de merde. 
Et dégage, et va te faire foutre, pendant que l'autre, un vrai cramé, te prévient qu'il s'en fout de ton père, de ton mec, du pape, qu'il va venir ici et tout défoncer s' il perd son job. 
Et votre Georges, ben tu vas le perdre, connard, blabla..., casse toi...

Appel à la charmante direction, un homme adorable qui sourit au téléphone, tu lui balances la sauce en ravalant des sanglots de rage. Tu dis, ne le dites pas à ce type, nous sommes deux filles, il a l'air taré, il nous a menacé de venir tout péter. 
Tourrette se refile au téléphone, attention, car le mec a dit :
"Il fait vraiment chier ce con"

PLUS JAMAIS de pizza. 
La pizza c'est le diable.



non mais... SANS DÉCONNER QUOI????

7 commentaires:

  1. ... la dernière fois que j'ai proposé de péter un genou, ça a tourné au vinaigre... je m'abstiendrai donc... mais le cœur y est et je reste à ta disposition....

    Les pizzas, faut aller les chercher, comme ça, t'en a deux pour le prix d'une... comme ça, t'es encore plus voluptueuse en maillot... mais tu compenses par le sport que tu fais en allant les chercher à pieds!!!!!

    Le bécot de consolation.
    G. outré!!!

    RépondreSupprimer
  2. non, j'en ai pas deux! Je vais pas chez dominos ou truc du style, justement, je fais du social en payant ma pizza chère et en faisant travailler les ptits commerces. genre.
    Mais je suis contente que tu sois outré, franchement. En plus c'est assez flippant, à chaque scooter, je me disais, ptain, le revoilà, j'imaginais ce que je pourrais lui casser sur la tête. Le mec est vraiment cramé, plein de cicatrices et tout. Il m'a dit : j'ai rien à perdre, apparemment, si, son job.

    RépondreSupprimer
  3. Faites attention, jeune Georges. Je ne vous connais pas, mais quand même, ça m'ennuierait qu'il vous arrive des bricoles. Un connard cramé, ça veut bien être dans le journal, même entre deux flics. Gaffe de chez gaffe.

    RépondreSupprimer
  4. A croire que c'est le mois des cons!

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas, vraiment, j'ai eu peur. Encore ce soir quand des amis ont sonné chez nous sans que j'en sois prévenue, j'ai pensé immédiatement au cramé et j'ai vérifié qui était en bas par la fenêtre avant d'ouvrir.

    Calyste, j'en arrive à cette conclusion. Soit je suis courte en patience, soit il y a vraiment trop de cons... Ou alors un peu des deux.

    RépondreSupprimer
  6. Georges, il n'y a aucune patience à avoir. Avec les cons, la patience, c'est du laisser-faire. Et j'ai bien peur que le mois des cons, c'est tous les mois.

    RépondreSupprimer
  7. Oui,Nicolas, les cons c'est tous les mois!!

    RépondreSupprimer