Georges

Georges

jeudi 4 août 2011

A Malena... #1


La chanson du vent qui fait claquer tes tympans
Un vélo qu'on ne pédale pas
Tu t'en remets au dénivelé
La gomme de tes roues contre l'enrobé
Et les guitares punk du vent qui passent ici, sortent là. 

Enfant sauvage dépeignée
Visage aux humeurs masquées derrière un froncement de sourcil
Moue boudeuse mais pas dégoutée
Marcher pieds nus dans l'herbe coupée, 
s'en souvenir
Marcher pieds nus sur le bitume chaud
S'en souvenir

Et les clichés qui affluent
l'odeur de l'orage,
le ressac des vagues,
le baiser de vos sueurs et de vos salives 
la quasi nudité, quasi permanence de vos peaux dénudées

Se souvenir de tout ce qui fait l'été
Se raconter l'histoire de l'été
Avant, tu te souviens, il y avait ce qu'il faut de sable et d'océan
Tu avais peur de traverser les algues
Peur de quoi? 
Qu'elles t'attrapent et te collent le visage dans le fond nébuleux de là où tu as pied

Ta peau salée, sablée... de tout ça aussi. Tu te souviens. 
Ton cul majuscule courant après une minuscule balle de beach ball
La rumeur des autres autour, famille et couple et amoureux bienveillants qui s'étalent de la crème. 
Qui s'étalent et c'est tout.

Et toi, enfant sauvage et dépeignée, le coeur ici et las de n'être pas là bas
Tu écris des mots petits
Tu sers sa main entre tes doigts
Là bas, jolie toi, ça sera pour une autre fois...

3 commentaires:

  1. Volver,
    Con la frente marchita,
    Las nieves del tiempo
    Platearon mi sien.
    Sentir, que es un soplo la vida,
    Que veinte años no es nada,
    Que febril la mirada
    Errante en las sombras
    Te busca y te nombra.
    Vivir,
    Con el alma aferrada
    A un dulce recuerdo,
    Que lloro otra vez.
    Une autre fois... Avec toi.

    RépondreSupprimer
  2. Les souvenirs partagés sont magnifiques ... oui une autre fois ensemble vous irez au pays du soleil, des rues vivantes jusqu'au petit matin !
    Te quiiro
    besos

    RépondreSupprimer
  3. A(1) : http://youtu.be/vY7sabq_C1U
    Volver, mon mot préféré...

    A(2): Oui, ça manque tellement. Besos

    RépondreSupprimer