Georges

Georges

dimanche 21 août 2011

ça va et toi?

Accrochez-vous, ça va partir dans tous les sens... 


Sur msn il faut toujours faire vite vite pour que les gamines de l'école ne te sautent pas sur la fenêtre. 
Ce qui est bizarre c'est qu'elles t'abordent mais n'ont rien de spécial à dire à part "salut ça va". 

En ce moment c'est la danse des méninges sur les cours de socio/droit/éco. 
Session de septembre. Truc bien quand on fait des études par correspondance : la fragmentation à la carte des examens. 

Il semble que notre société (ça fait dissert' comme début de phrase) à un gros gros problème avec la faiblesse. C'est quelque chose qui ne se dit pas, on doit faire toujours bonne impression. 
le "-ça va? - Non" est socialement inacceptable. 
On doit jouer à : Ouais super! et s'effondrer chez soi planqué pour ne pas déranger. 

C'est clairement indécent de ne pas être dans son assiette sans avoir quelque chose de médicalement justifié, un truc si possible grave. Sinon, il y a toujours quelqu'un pour dire que tu sais, machin a telle ou telle maladie et il/elle fait pas chier, pourtant, il/elle a VRAIMENT quelque chose de grave. 

Bien sûr, oui, il est normal de répondre au tout venant que oui, ça va. Il est même convenu qu'à la question ça va on ne réponde jamais la vérité. C'est trop pesant, c'est impudique, c'est long et ça pète clairement l'ambiance. 

Ce qui est assez triste, c'est de devoir jouer cette comédie avec les amis proches dont on sait qu'ils n'ont pas la patience de parler de problèmes fictifs (pour eux), des mythes de mélancolie soigneusement montés en épingle par un esprit trop oisif. 

Alors on ment. 
Par omission. 
Ou on rigole, soucieux de ne pas casser cette bienséance avec du drame d'occas'. Du resucé.


MAIS : ici c'est chez toi, alors t'as le droit de chouiner pour trois fois rien, de te plaindre, d'être pénible et de rompre avec les règles à la con. 

C'est ça la bonne nouvelle.


La photo c'est une dédicace à un lecteur de l'ombre qui m'a beaucoup fait rire via ma page facebook. 

Laquelle devrait sauter d'ici peu pour éviter le clic machinal et désintéressé. 

Pour te suivre, il va falloir dès lors te chercher. 


5 commentaires:

  1. ça m'a toujours fait marrer de voir la réaction des gens qui te demandent si ça va quand tu leur réponds non.....

    Ces gens là n'en ont rien à foutre de toi, donc, la réponse "non", juste pour les mettre mal à l'aise, est déjà une solution de retour au bien être, même temporaire!

    ta réponse à mon comm du post précédent m'a bien rendu con...

    Par contre, tes "proches" ne doivent pas l'être tant que ça si ta réponse "non" ne les incite pas à t'aider... ce qui, a contrario, est notre cas (en tout cas le mien).
    Il est difficile d'aider quelqu'un qu'on connait à peine, juste par le prisme du net, de ses productions et des échanges virtuels... mais il est possible d'être là pour toi, au moins pour échanger...

    (c'est une proposition, en tout bien tout honneur, mais une proposition quand même... mais il est vrai qu'on ne peut aider quelqu'un malgré lui, donc la décision t'appartient...)

    Le bécot.

    G.

    RépondreSupprimer
  2. " Ça va?", c'est une question que je ne pose plus. Trop con! et totalement stéréotypée. C'est vrai que les gens qui la posent n'en ont rien à faire. Pour eux, du moment que tu n'a pas de température, tu n'as pas à te plaindre. Je t'embrasse, Georges que j'aime bien.

    RépondreSupprimer
  3. Il arrive aussi qu'on lise dans les yeux du questionneur une vraie question, un véritable intérêt, voire une vraie sollicitude. C'est dans les yeux que ça se voit.
    Moi je réponds. Et tant pis pour celui qui n'a posé la question que par habitude, il va devoir se payer la réponse. Bien fait pour sa pomme.
    Ce que je trouve difficile c'est de répondre sincèrement et donc parfois longuement, au point de négliger la réciproque : "et toi ?"

    RépondreSupprimer
  4. Dans notre langue on ne dit pas bonjour. Toutes les formules, diverses et variées sont justement des variantes de cette fameuse question. Depuis "comment sont les choses pour toi?" à "Comment tourne le monde?" et bien d'autres. Et les réponses sont tout aussi variées. Et personne ne s'étonne si vous dites que le monde tourne à l'envers ou que les choses sont entre rond et carré. Après, raconter la suite ou pas, c'est l'affaire de chacun...

    RépondreSupprimer
  5. Gueurn': Je pense que je mets mes proches dans des situations délicates. Je suis désolée pour la réponse, je voulais vraiment pas que tu te sentes mal parce que ça m'a néanmoins beaucoup touchée que tu m'encourages.

    Calyste: on devrait toujours se promener avec un thermomètre (pas dans le cul) pour pouvoir attester numériquement de notre état de santé! Je t'embrasse aussi, Calyste que j'aime bien!

    Laplume: oui, tu as raison... Il arrive que oui, j'ai tendance à globaliser mais oui, certains sont réellement soucieux de savoir si on va ou si on ne va pas!
    C'est vrai qu'on peut parfois négliger la réciproque.
    Parfois, on se voit tendre des perches : on fait aller, mouais moyen...

    RépondreSupprimer