Georges

Georges

vendredi 22 juillet 2011

Back to black

Rue du Temple : 
L'homme : ...en tout cas, je ne veux plus de tes nouvelles.
La femme: Tu n'en auras pas et personne n'en aura.

Du drame en kit, à tricoter. 

Ces jours derniers, quelques mots écrits, pas davantage.
Peur de souiller, àquoibonisme, déceptions en chaîne et volonté de retenir des mots blessants que tu pourrais regretter. 
Cri effrayant du chat dont une partie du corps a été écrasée. Accident domestique. Culpabilité démesurée.
Sans doute s'imagine-t-on que tu ne manges pas d'animaux par Bardotisme, les bêtes valent mieux que les gens, ce genre de blabla... 
Tombons le masque ici et maintenant : il n'en est rien. 
Oui tu aimes les animaux mais, par exemple, avouons-le, tu détestes le monde marin. Il t’écœure purement et simplement. 
Tu es dégoutée par l'asservissement de l'homme par l'homme et il en va de même pour les animaux. 
Le processus industriel, la maltraitance, les porcs qui vivent dans leur merde, les boeufs qu'on desquame avant qu'ils ne soient morts et autres détails sordides de l'élevage industriel sont à gerber et tu refuses juste de participer à ça. 
Par ailleurs, comme nous cultivons tous nos petites contradictions, tu consommes des médicaments, c'est à dire ------> vivisection et tout le bordel dégueulasse. 

Parfois tu te demandes jusqu'à quand tu seras une enfant inconsistante qui cultive ses petits fétichismes et ses certitudes surannées. 
Ce post est un puzzle d'idées sans intérêt parce que le fond des choses demeurent difficile à dire. 
Tu ne veux pas de petite vie, tu veux faire quelque chose. Ce quelque chose reste vague et ton indécision ne va pas t'aider.

Pour tes lecteurs bobos, riez les mouettes : Le dernier volet d'Harry Potter est excellent, deux fois. 
Tu paries que le bonhomme connard de télérama fait sa tête de "mouais bof" à ce propos. 

Tu as toujours un gros crush pour Amy Winehouse malgré ses dernières prestations pathétiques. 

Les dépendances t'émeuvent. Comme celle de ta cousine au coca light.

*Spéciale dédicace*

Festival d'Avignon oblige, on entend des nazes parler du théâââââtre à l'antenne. Tu aimerais bien écrire un truc là dessus. Sur comment tu as voulu épouser une carrière de comédienne à 13 ans, amoureuse que tu étais des mots.
Tu pensais monter sur scène et baiser publiquement avec eux. 
Tu as choisi en toute logique, une option lourde théââââââtre à Salins les bains, Jura. 
Tu as donné ce que tu avais de mieux et on a trouvé que ça n'était pas assez. Tu as souffert de ne pas avoir le physique adéquat pour entrer dans la belle robe d'Electre. 
Tu as souffert de porter des barbes et des couilles à chacun de tes rôles. 
Tu as souffert d'être considérée comme un homme au moment de ta vie où tu avais réellement besoin de devenir une femme. 
Tu avais besoin qu'on t'accouche de cela. De tes hanches et tes seins, de tes lèvres et de ta voix. Qu'on t'aide à devenir toi. On t'a aidée à devenir une personne que tu as soigneusement détestée. 
On t'a fait cacher ce sein que tu ne saurais voir. On t'a grimée, camouflée, sabotée.

Depuis cette période, depuis ce temps pendant lequel on t'a reproché d'être une adolescente avec des problèmes d'adulte à planquer sous ta barbe : tu as une vieille haine du monde théâtreux... 
Pendant quatre saisons, pas celles de Vivaldi, des saisons genre 2004/2005 etc... tu as eu l'occasion de dire dans la presse régionale ce que tu pensais des pièces de théâtre présentées à Dijon. Ben tu t'es bien lâchée sur certaines créations. 
Tu as utilisé ton droit de réponse et tu as pu régler son compte à cette époque pendant laquelle un connard de gourou en bois t'apprenait à aimer ce qu'il trouvait bien, détester ce qu'il trouvait nul. 
Lui qui de sa vie n'a rien fait d'étincelant qui puisse rester dans les annales.
Lui qui écrivait des cartes aux bonnasses de la classe pour les remercier d'exister et au passage, de lui filer la trique. 

D'ailleurs à cet abruti qui se google surement, tu aimerais dire : hé mec, t'es prof de théâtre, tu nous a stanislavskiés jusqu'à l'os, mais tu ne te souvenais pas de la galère que c'est d'être une adolescente avec le corps qui pousse et tout le tralala qui met mal? 
hé mec... tu sais que le fait de ne pas rentrer dans la belle robe d'Electre ne devrait pas condamner une adolescente de 15 ans à jouer Zucco et Tartuffe. 


C'est bien de se construire à l'envers de nazes dans ce genre.

12 commentaires:

  1. et tu crois qu'il théâtrerais bien si on y pétait un genou?

    Putain, je chie sur les "cultureux"!

    Le pull informe, l'écharpe trop longue, la coupe de dessous de bras... tout cette faune de bien pensants culturistiques.

    C'est quoi ta culture mec? ça fait bien de te balader avec charlie hebdo sous le bras? (je pense que tu as raison, si le petit bonhomme télérama aimait quelque chose, ça se saurait! et ça ferait pas bien d'aimer quelque chose!)

    quoi que, au moins, t'as pas la mèche, le jean coupé en bermuda et les espadrilles avec la chemise bleue ciel et le chech' beige façon FAF...

    Putain, Georges, on va tous leur péter la gueule!!!!!!!!!

    Le bécot qu'à toi!
    G. qui aime personne!

    RépondreSupprimer
  2. Foin de tout cela. Continue à aimer les mots, les mots, les mots et les mots toujours. J'ai été abonné à Télérama et je ne le suis plus depuis longtemps, et je me fiche totalement de ce qu'ils peuvent raconter. Aime, ou déteste, c'est tout.
    Décousu, mais après quelques kirs et pas mal de rosé.

    RépondreSupprimer
  3. Salut Geroges, je me permets une question qui n'a pas grand chose à voir avec le sujet : tu as pris ta place pour Patti Smith ?

    Je vais la voir à Paris le 21 novembre et je vais bien me marrer ! J'espère qu'on aura l'occassion d'en parler un jour parce quand j'avais 14 ans ("t'étais pas née" comme dirait Bashung) j'étais fan pathologique !

    Je lis "Just kids" (depuis plusieurs mois, parce que je suis une feignasse) et je trouve, contrairement à toi, que c'est une vaste fumisterie.

    Voilà Georges... bon week-end.


    Juliette

    RépondreSupprimer
  4. Laisse tomber ton souvenir de prof con et pense au milliers de gens qui font du théâtre juste pour le plaisir ! Et même qu'il y a aussi plein de pros qui ne se prennent pas pour des génies et qui sont super accueillants (même à Avignon!!!). Je trouve ça bien dommage d'abandonner une grande passion juste pour être tombée à un moment sur un gros bêta. Y a des cons partout, faut les contourner parfois. Allez, si tu aimes, remets le nez dedans, c'est trop bien !

    RépondreSupprimer
  5. D: :'(
    la prochaine fois, utilise pas de titre de chanson d'une personne encore vivante la veille...
    snif triste coïncidence

    le texte est évidemment très clair et très bon bravo

    RépondreSupprimer
  6. Injektileur... Putain..; mais merde quoi. Amy.

    Pour les autres. C'est difficile pour moi de vous répondre. Ce que j'ai écrit là était sans doute trop personnel pour être partagé.

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui, Juliette, j'ai ma place pour une lecture + concert de P. Smith. Pour moi Just Kids n'est pas une fumisterie, je pense en parler plus en détail ici...

    RépondreSupprimer
  8. Oui tout à fait , et je collais un triangle rose aux homosexuels. Mais, les personnes qui me lisent régulièrement le savent bien. Je parle de ceux qui signent. A +, tu es bienvenue ici, je suis large d'esprit comme flic, cool non?!

    RépondreSupprimer
  9. Il ne sévit plus, il est à la retraite, là, il recherche des fans sur Baboo. Si j'ai mis son nom c'est plus pour que lui, lise, les autres... m'en fous.
    En tout cas, ouala, c'était ça le propos. C'est que c'est grave que cette personne ait eu de l'influence sur un tas de mômes.
    Bref, c'est un con. un bon gros con croisé avec une pouf !
    A + au saloon gueurn'
    C'est pas parce qu'on est des meufs qu'on a pas de couilles!

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir Georges,

    Juliette,malheureusement disparue la semaine dernière n'est pas "moi". Sur le blog "Journal extime", l'auteur -pour établir une distinction- me nomme juliette A ou Julietta.

    Voilà Georges. Bonne nuit


    Juliette (A)

    RépondreSupprimer
  11. Juliette, J'imagine votre peine commune, sans doute était-elle une amie à toi. Je me suis posé la question et ça m'a affectée tout ça.
    Je pense bien à toi et te prie de pardonner ma façon indélicate d'avoir poser la question sur le blog de Christophe.
    Georges

    RépondreSupprimer