Georges

Georges

mardi 14 juin 2011

summer cannibals

Tu mets de côté, pour bientôt, pour très vite, une bonne humeur sans aspérité sans "oui, mais". 

Tu mets de côté, une danse folle,  tu veux guiguendélirer au minimum. 

Tu mets de côté des mots qui flamboient et qui ne reniflent pas des petites rancunes.

Tu en finis avec les soustractions, les additions, les petits comptes que tu fais. 

Que tu dois faire.

Qu'il serait bon que tu aies le courage d'attaquer séance tenante.

Tu mets de côté les mini lâchetés et les maxi déceptions. 

Après ça ira, après ça ira, après ça glissera comme une luge. 
Ce sera de la vie toboggan. 

Shebam. Pow. Blop. Wizzzzzz.

En attendant ça percute là haut, ça réfléchit sévère, ça se pose des questions, ça nage mais ne coule pas. 


Et ne venez pas dire, allez, allez, faut pas se poser de questions, faut foncer...ne venez pas le dire. D'avance merci

Au lieu d'envisager de sortir Georges de sa relative mélancolie lisez plutôt Just Kids de Patti Smith. 


2 commentaires:

  1. Dommage si t'as pas envie... j'suis effaceur de mélancolie...
    Restant a disposition, devis sur commande, a vot'service mad'moizelle (jeu de mot!), le bécot, G?
    PS : désolé pour tes conseils de lecture... j'sais pas lire si y a pas d'image....

    RépondreSupprimer
  2. Mad'gueurn: Parfois la mélancolie, surtout quand elle est vague et pas de la dépression sévère où tu sors dehors en robe de chambre en hurlant "MAIS POURQUOIIIIIIIIIIIII!!!".
    ça passe, ça se règle, ça s'écoute, ça en dit plus long qu'un coquillage je crois et on en ressort avec un petit noeud en moins. :)
    Mais c'est gentil, et sache que si je suis parfois spleenée, je ne perds jamais l'humour et ça, c'est salvateur!

    RépondreSupprimer