Georges

Georges

samedi 4 juin 2011

Gore

Sur France Culture on parle de livre avec la langue nouée en noeud pap'. 
M. Patate Chaude encravaté se demande s'il ose, allez, il ose? bon, il ose... il ose quoi? Employer le terme "gore" pour parler de l'écriture de Sara Stridsberg qui a écrit Darling river.
 Il dit ça avec beaucoup de guillemets, une préparation du terrain de dingue et surtout le coeur qui secoue à 3000/seconde. 
Ce soir il va rentrer dire à sa femme, chuis un putain de fripon poupée, t'imagines pas comme j'ai parlé comme un bad ass sur France Culture.
Tu ne peux pas t'empêcher de rire de ces simagrées.
Et c'est pire encore quand une autre patate chaude en mode mère sup' réagit sur l'air de : Gore? mais vous êtes tombé sur la tête! mais je crois rêver!

Le plus marrant c'est qu'ils t'ont donné envie de le lire, ce livre gore et cinématographique qui "fonctionne"
Parce que sur France Culture tu dis pas : c'est un putain de bon livre!

Tu dis "ça fonctionne incroyablement"

En ville ce matin, de minuscules chiens promenaient leurs humains, la langue au vent comme Pete Sampras (tu essaies de faire des allusions tennistiques avant la finale homme de demain qui va te clouer au divan et te faire dire des trucs de grosse beauf).

T'en as vu un avec un tee shirt vraiment grand, un tee shirt de chien mais certainement pas de cette race là. Les gens qui habillent leur clébard c'est quelque chose que tu comprends encore moins en juin. 

Tu as eu envie de t'acheter des baskets, il n'y avait pas ta taille parce que c'était un modèle pour homme. La vendeuse des galeries Lafayette t'as regardé comme si tu lui demandais un conseil pour de la mousse à raser. 

Tu as dit : elles sont mixtes. Elle a sorti une tête de connasse genre : ouais c'est ça ouais... Elles sont mixtes pour les filles comme toi qui ne tiennent pas deux minutes sur des escarpins.

Tu as répondu par une tête genre : ouais c'est ça ouais, tu veux une bassine pour ton dégueulis ou tu vas t'en remettre?

Après cet échange télépathique tu étais convaincu que tu trouverais toutes les baskets que tu veux une fois chez toi.
Pour travailler aux galeries lafayette il faut surement avoir une sacrée dose de condescendance le reste c'est de la bêtise et le goût de ce qui est superficiel. Ne pas avoir peur de dire : c'est frais, c'est tendance, c'est chic, c'est mode, c'est cher, c'est le it bag, Katy Perry a le même, on attire pas les mouches avec du vinaigre, il faut souffrir pour être belle et tout ce blabla débile de fifille. 


Tu t'es fait un compte twitter, tu y es : Georges Pen'n'paper.

Tu es avide de mots, tu lis plein de livres à la fois, des magazines, tu ingurgites mais ne parviens pas à écrire quoi que ce soit d'autres que ce blog et tes cahiers dans lesquels tu baragouines des trucs qu'il faut bien mettre quelque part. 

C'est mieux dehors que dedans, tout ça.


Votre Georges




1 commentaire:

  1. J'adore tellement ce blog, l'écriture (tu te récites des fou-rire), que je l'ai mis dans mes préférés sur mon blog. Georges, je serais extrêmement flatté que vous en fassiez autant, mais ce n'est pas obligé. Il faut d'abord qu'il vous plaise. Allez voir et décidez. C'est ici :
    http://bonvivantetplus.blogspot.com/

    RépondreSupprimer