Georges

Georges

mardi 21 juin 2011

Dire des saloperies, c'est bien.

Faire sa fête à la musique, donc. La démonter sur le pavé. 
Une fête populaire comme celles que tu détestes. 
Des adolescent(e)s qui se retrouvent en ville pour se la coller avec de la bière pas chère, ou du redbull vodka.
Maintenant le Redbull c'est un signe ostentatoire de jeunesse. Si tu n'as pas de redbull ou un autre truc dégueu style Monster chépakoi, tu peux pas te secouer la mèche à l'aise. 
Tu sais que ce soir, il va y avoir surenchère de cannettes. 

Des adolescent(e)s et ceux qui rêvent de l'être encore qui boivent jusqu'à oublier le nom de leur mère qui se fait un sang d'encre pendant que le petit dernier vomi son appareil dentaire devant des adultes désolés balançant l'éternelle mélopée du c'était mieux l'année dernière, et y'avait plus de merguez, et ils appellent ça de la musique, pfff c'est rien que du bruit et y'avait pas Yves Jamait. 

Yves Jamait c'est un mec de Dijon qui se trimballe avec une casquette en laine été comme hiver et tu crois que c'est par peur qu'on ne le reconnaisse pas. Des fois, tu aimerais dire, Yves, tu déconnes avec l'hygiène, il doit faire chaud là dessous...

Tu crois le plus sincèrement du monde que c'est pour qu'on se dise, han han t'as vu Yves Jamait, le mec qui chante comme un bourré des chansons à base de désespoir aviné, de comment on fait pour être heureux déjà? je sais plus, je sais pas si j'ai su, je mets ma casquette comme ça hop hop, rien que j'esbrouffe les dijonnais avec mon premier album produit par Patrick Sébastien, rien que je passe de pilier de bar à star locale. 

Il en a sous la casquette, Yves. 

Ici, tu sais que des gens vont te détester. Merde, on ne peut pas rire de tout. 


Dans le même style, à Dijon, il y a H.F. Thiéphaine que tu as vu plusieurs fois. Une fois, tu l'as pris pour Polanski, mais c'était impossible parce que tu vois pas pourquoi ce dernier se serait barré de Gstaad où il était assigné à résidence pour venir écouter un concert de Ghinzu. Tranquille. 


Tu n'aimes pas la fête de la musique parce qu'il y a cette idée d'obligation de s'amuser. C'est comme un vendredi en semaine, on te fait chier dès le matin avec des tufékoi ce soir hin hin dis, tu fais quoi?  hin hin?? C'est comme le nouvel an. 
Quoi???? Tu fais rien, t'as pas d'ami? 

A ceux qui trouvent ce post haineux, tu aimerais dire : entrez en vous même les mecs, les meufs, ça ne doit pas toujours être bien joli. 


Votre Georges, qui n'est pas là pour être aimable!!


La photo n'a aucun rapport, c'est pour qu'Yves Jamait puisse me défier au Free fight la prochaine fois qu'on se croise et aussi pour que vous visualisiez bien mes jolis lacets fluo offerts par Isa!

10 commentaires:

  1. Moi, je fais rien. Moi non plus, j'aime pas être obligé. Et puis, cheveux courts, je n'ai aucune mèche à faire balancer. D'ailleurs, si ça pousse, c'est frisé et ça ne balance pas non plus. T'as raison, on est pas là pour être aimable!

    RépondreSupprimer
  2. m'en fous d'abord c'était MOI la fête de la musique dimanche

    M(one)

    RépondreSupprimer
  3. Allez, j'avoue que je suis allée faire un petit tour à la fiesta de la musica, et... c'était pas très amusant. J'ai tout de même un peu rigolé devant ce grand type gothique, barbu maigrichon, qui hurlait d'une voix caverneuse "BORDEEEEEL".
    Mais ça me faisait presque mal au coeur d'en voir certains seuls derrière une platine technoïsante, ou bien d'autres qui y croyaient et qui n'attiraient pas les foules.

    M.(limite dépressive)

    RépondreSupprimer
  4. Je me demande si je suis vieille avant l'âge. Pas de ptit tour. Un film génial à la place "el calentito" et de la musique à la maison et pas de bières renversées pas de piétinements et de grand moment d'empathie pour des prestations hasardeuses.j'admire ton courage en tout cas.

    calyste, tu vois en fait, nous sommes les mêmes :)

    RépondreSupprimer
  5. weh
    de mon côté, la fête de la musique, je pense que ça fait bien 10 ans que j'ai arrêté de croire que je tomberai sur des trucs géniaux,
    ça coïncide avec le moment où je suis arrivé à Paris. ^^"
    donc, j'ai laissé tombé et je suis mieux chez moi. La bonne humeur, réelle ou non, je la garde pour les autres, plus jeunes ou plus vieux.

    RépondreSupprimer
  6. Pas de fête de la zik non plus. J'aime pô la foule, surtout embiérée...

    J'aime pô non plus les questions sur le week-end... J'fais ce que je veux quand je veux d'abord !

    ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Salut Erin! ouais on fait c'qu'on fait!! merde aux fêtes populaires et aux obligations de sortie!

    RépondreSupprimer
  8. J'aime pas la fete de la musique, j'aime pas Y. Jamait, j'aime pas le jour de l'an, j'aime pas les gens qui me demandent ce que je fais ce week end... j'aime pas les gens.... enfin.... la plupart....
    Le bécot.
    G.
    (Ouais, c'est pas constructif... mais c'est pas ma journée aujourd'hui.... promis, je reposterai plus positif plus tard...)

    RépondreSupprimer
  9. Ouais faich' !
    Et puis les rockeurs no future de 17 ans, y 'en a super marre.
    Suis rentré chez moi juste après un restau avec Julietta pour écouter du Arvo Pärt - oh, pas longtemps : en bas de chez moi un vieux beau croyait avoir pris des acides (en fait un pansement gastrique) et lançait les derniers fa # de sa carrière.

    RépondreSupprimer
  10. Gueurn': C'est relou le trucs Dijonnais avec Y. Jamait. Ptain! A part ça, j'aime les gens, mais de loin, à une terrasse, je les regarde dans toute leur contradiction et ils m'aident à avancer, ils m'attendrissent parfois, me touchent, m'agacent, en tout cas, j'ai besoin d'eux!

    Christophe: Oui, et c'est du no future trop propre pour être vrai! J'écoute en ce moment Arvö Pärt, je ne connaissais pas, j'aime... Merci!

    RépondreSupprimer