Georges

Georges

mardi 31 mai 2011

Te souviens tu ....

Tu tombes sur une photo de toi enfant, cachée derrière un sandwich au nutella.
Tu te prends d'une affection profonde pour cette malicieuse enfant. 
Tu te demandes si cette bouille sur la photo serait contente de la grande fille que tu es maintenant...?

Tu aimerais lui dire beaucoup de choses comme...:  tu as arrêté le nutella, maintenant tu mets le haut de ton maillot de bain pour aller à la mer, tu es trop tombée et tu as peur des chutes mais parfois, quand tu as envie de te défouler tu te jetterais bien de toute tes forces contre un mur, quand tu pleures tu as à nouveau cet age là, tu te rappelles des comptines des poésies et des chansons.

Si tu as des enfants un jour, ils ne se diront jamais "daddy please don't leave".
Tu as toujours ce petit rire qui dégringole comme une cascade nerveuse quand tu ne le retiens pas. Tu glousses parfois.    

Tu es mono fossette comme sur la photo.
Tes yeux n'ont pas grandi avec le reste de ton visage, ils sont nés adultes, le reste a grandi autour. C'est dur à décrire, mais t'inquiète, ça fait sympa quand même. 
Tu ne manges plus de viande, tu sais, les côtelettes d'agneau tout ça... c'est fini. 
Tous les trucs que tu rêvais d'avoir en triple à cet age là n'ont plus ou peu d'importance. Les surprises kinder sont des ramasse poussière... Qui l'eut cru.

Tu n'as plus besoin de ressembler à un garçon pour attirer les filles, d'ailleurs tu as une femme qui t'aurais déjà plût à l'age
du sandwich, elle aime le nesquik et le nutella, elle à des fossettes elle aussi et un rire qui dégringole.
Tu n'aurais pas osé en rêver...

Tu dessines toujours des bonhommes bâtons et des maisons qui partent en vrille d'un point de vue purement technique. Tu tires plus la langue mais tu présentes ton majeur parfois dans le dos des gens. 
Tu es une sale gosse dans un corps de grande personne. 

Depuis cette photo, tu sais, tes grand-pères sont partis.L'un après l'autre laissant le vide derrière eux.
C'était dur, aujourd'hui tu y repenses, tu souris à tes souvenirs si heureux, tu t'accroches aux voix et aux rires qui résonnent encore. 


C'est comme les comptines, les poésies et les chansons, tu sais, tu fermes les yeux et tu te récites des fous rires et  tu payes ta fossette!

Imparable.


Pour déroger à la règle de ce blog, je voudrais te dire que je repense souvent avec émotion à l'enfant que tu étais. Que je voudrais te serrer contre moi et te dire que je sais, de source sûre, que ça ira, ne t'inquiète plus. 






Georges.

7 commentaires:

  1. C'est très émouvant de te voir rassurer cette enfant... C'est bien de déroger à la règle parfois.
    Au cas où ça ne serait pas très clair, j'aime!

    RépondreSupprimer
  2. Je me souviens ...
    Mais bon là je pleure ...
    Je t'aime belle petite fille devenue belle et grande .
    Je t'embrasse tendrement

    M2

    RépondreSupprimer
  3. Et c'est elle qui te rassure aussi, non?

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme: elle en avait besoin, je sais qu'elle a eu une enfance plus inquiète qu'il ne l'aurait fallut. Mais je me devais de la rassurer maintenant que je l'ai retrouvée et que, si souvent penser à elle, m'enrichit. <3

    M2 : Oui... Je pense savoir ce qui t'a émeut.. Moi aussi je t'embrasse tendrement.

    Calyste, c'est exactement ça. L'enfance est un socle auquel j'attache la plus grande importance... tout s'y passe. Tout est là déjà et attend. Alors oui, cette petite fille me rassure, elle me rappelle que je n'ai pas fondamentalement changée et de ça, je suis contente.

    RépondreSupprimer
  5. Très beau texte, comme tous les autres d'ailleurs... C'est d'autant plus émouvant en ayant connu cette petite fille, en te connaissant maintenant.
    Finalement je ne te connaissais pas si bien à ce moment là, trop occupée (déjà garçon manqué) à m'amuser à des jeux de garçons avec mes cousins "les 3 1984", pendant que tu t'amusais à des jeux "de filles" avec celles de ton âge. La différence est tout d'même creusée, un peu, à ces âges...
    J'aimerais beaucoup, apprendre à mieux connaitre la jeune femme que tu es devenue, je n'ai pas oublié pour le Mercredi de Juin, ton jour sera le mien.
    Pour la bouille sur la photo avec son petit doigt en l'air, ne pourrait-elle se dire : "Quelle class mon futur d'écrivaine, et cette femme à mes côtés wooow !" ?

    Je t'embrasse fort !

    RépondreSupprimer
  6. Moment d'introspection.. parfois papillonne, parfois caméléone, parfois autruchonne.

    M1

    RépondreSupprimer
  7. @L. C'est marrant moi je me rappelle de toi déjà avec une caméra et des idées. Vous aviez fait un film d'horreur non? Je ne suis pas sûre de moi mais j'ai des souvenirs comme ça... C'était amusant cette époque, plus ou moins de légèreté et plus ou moins de soucis, des relatives guéguerres d'enfants.
    Pour Juin, il se pourrait que ça devienne Juillet pour des raisons financières. (je peux faire le cas soc' sur mon blog aussi t'as vu)... Je te redis en privé!! Gros gros bisous!

    RépondreSupprimer