Georges

Georges

jeudi 7 avril 2011

7.1/7.4

Chaleur malsaine
Trop et trop tôt
S'en réjouir ou non
Presque l'envie d'une pluie rafraîchissante
Presque...
Et la terre, encore, qui tremble
Et les mêmes, encore
...qui se cachent sous des meubles
...qui se mettent en hauteur
Est-ce qu'ils voient leur vie défiler sous leurs paupières closent qui supplient? 
Est-ce que c'est vrai cette histoire de vie qui défile?
Si oui, il faut travailler dès maintenant à se faire des beaux souvenirs
Si oui, il faut s'acharner à graver les couleurs, les lumières, le vrai et le faux, le sens de la marche, que rien ne se mélange
Ou si, tiens..."macédoine fulgurante"
Si non, c'est dommage. 
Et ça défile comment une vie? vite? non?
Et la lumière blanche qui appelle, qui dit vas-y viens, là bas c'est trop bien...

c'est avant ou après le défilé de la vie...?
Quel protocole pour cette cérémonie?

Combien pour ce poème, sur l'échelle de Richter?

Tu trembles à 1.1... tout juste si tu vibres. C'est dire si c'est plat tout ça




La photo n'a aucun rapport avec la magnitude du jour, mais tu l'as trouvée belle, autant que peut l'être une catastrophe..

5 commentaires:

  1. Heureusement, pas de tsunami cette fois. Mais rien n'est réglé Pour le Japon.
    Côté continent Africain c'est loin d'être fini aussi pour les Ivoiriens...
    La terre ne veut plus de nous (entre les tsunamis, les tempêtes, les tremblements de terre, les inondations..) et on s'entretue (entre les guerres civiles, les coalitions, les épidémies, les maladies...)
    2012: peut-etre pas la fin, mais surement un changement radical (surtout avec les différents changement de gouvernement qu'il y aura surement avec les élections)
    ...

    RépondreSupprimer
  2. Les médias, en tout cas en France, jonglent avec les drames et en font du papier rentable. On ne sait que la moitié de ce qui devrait être su. Le monde nous fait comprendre qu'il ne veut plus de nous. Ce que tu dis est juste.
    Un changement radical vers la solidarité ça me plairait bien. Que les occidentaux se rendent compte qu'ils sont les enfants gâtés de ce monde et qu'ils apprennent à prêter leur jouet. Qu'on cesse d'etouffer sous nos propres déchets, de vouloir toujours plus, plus plus.... Je suis tellement flippée par mes contemporains. Je perds confiance :/
    Mais restons en colère et vigilants!! ;) Merci de ton com! a+

    RépondreSupprimer
  3. j'aime beaucoup celui-ci, t'as réussi à parler de quelque chose de très grave sans en faire trop ni pas assez.

    RépondreSupprimer
  4. Georges, moi je suis à Montréal (mais française à la base) et c'est pareil ici. Il ne faut croire qu'à moitié ce que disent les grands titres. Il faut toujours dédoubler ses sources.
    Nos contemporains ne sont pas tous des crétins, même si parfois j'ai du mal à croire l'inverse. Il faut se lever et vivre nos valeurs solidaires, pas juste en parler. Mais bon, agir quand on a l'impression d'être seul à le faire n'est jamais simple. Moi je te dis; courage et ne désespère pas Georges!

    RépondreSupprimer
  5. Je ne suis pas désespérée, car pas résignée... Et tu as raison pour ce qui est de vivre nos valeurs solidaires, je pense beaucoup à ça ces temps ci, trouver de plus en plus de cohérence entre les mots et les actes me parait un bon début!
    Ce qui m'effraie n'est pas tant la bêtise que l'individualisme à outrance. Les valeurs dites "modernes", consommation, mondialisation, globalisation... Argh... ça donne envie de retourner aux sources de la société, la solidarité, le partage quand on parle sur ce ton, il me semble qu'on a l'air d'être un peu cinglé!! ;)
    Merci pour ton message et oui, gardons courage, il en faut!!! A plus Bobby :)

    RépondreSupprimer