Georges

Georges

mardi 22 février 2011

Vieille conne

Petit jour gris et frileux.
Tu respires l'humidité de cette saison bâtarde. Les heures filent plus vite, à une allure folle pour tout dire, tu ouvres les yeux et il te semble que c'est déjà le soir, c'est simplement gris, et comme tu l'as déjà dit : frileux.

Quand on parle de ta génération comme de la génération zapping, tu ne peux qu'acquiescer.
Tu as beau employer des expressions d'avant guerre pour plaisanter tu restes une zappeuse folle, tu es l'observatrice fantaisiste de ton époque. Tu penses pouvoir interpréter les visages comme des paysages qui défilent. 
Tu es dans un train, tu en gères la vitesse. Tu crois tenir les rênes.

Aujourd'hui, tu as croisé des vieilles personnes qui semblaient perdues, à côté de leurs pompes, maquillage excessif sur des dames qui ont été sans doute plus belle que tu ne le seras jamais mais qui ont perdu la main pour se mettre le visage en joie.

La jeunesse qui dégouline, ça donne une grimace qui t'émeut, pas seulement parce que tu es facile à émouvoir, mais parce que tu imagines trop et trop vite. Tu te racontes des histoires, tu construis un monde autour de celles et ceux que tu croises et la fin de ton histoire est souvent triste. Tu as le gout du drame et celui de la joie. C'est un drôle de cocktail...

C'est comme si tu attrapais la peur des autres parfois, leur confusion, leur malaise.
Tout ça comme on attrape la grippe H1N1 ou la gale. 

Hier, tu ne voyais que la jeunesse arrogante de couleurs, d'apparence légère et avide de tout. 

Aujourd'hui, non. L'arrogance est restée à la maison pour jouer à la playstation ou à la xbox, l'arrogance traine au macdo où elle fait profiter tout le monde de sa musique qui n'en est pas. L'arrogance se remet les cheveux dans le sens qui fait cool et vérifie sa touche dans toutes les vitrines.

Parfois, à l'arrogance, tu lui foutrais bien un coup de pied au cul...

Tu veux pas plutôt t'insurger au lieu de claquer ton argent de poche dans des nuggets, hein, dis?

Tu as surement un discours de vieille conne avant l'heure, mais t'es rasée des jeunes peu impliqués qui mcflurrissent en ville. 
Mais on sait qu'il n'y a pas si longtemps, tu étais comme eux en pireLes témoins ne manquent pas.



1 commentaire:

  1. La vielle Dame s'insurge ...
    J'aime ce texte qui me semble bien vrai comme certaines réalités qui tout à coup saute au visage des uns , des autres ,de toi ... Le soleil illumine l'entrée c'est déjà ça de doux pour ce matin ...

    RépondreSupprimer